Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 08:02

     J’ai déjà mentionné dans ce blog l’ouvrage d’Emmanuel Todd et Hervé Le Bras, « Le  mystère français » (cf « Au crible de l’anthropologie » 8 avril) ajouté quelques commentaires (cf « Coup de projecteur sur les élites financières » 19 avril) et appelé l’attention sur les travaux de l’économiste Gaël Giraud. Il n’est pas nécessaire d’être d’accord sur tout pour citer ainsi des auteurs.   

     Dans la foulée du dernier  ouvrage, Emmanuel Todd  semble multiplier les interventions. Ainsi dans une interview à « Marianne » intitulée « Goodbye Hollande » il n’est pas tendre pour la première année du quinquennat et plusieurs personnages en prennent pour leur grade. Estimant que « les banques contrôlent l’appareil d’Etat » il s’exprime  à nouveau à propos de certains membres de la haute fonction publique :

« …Quant aux jeunes qui sortent le mieux classés de l’ENA - non pas les meilleurs, mais les plus aptes, moralement et socialement, à fayoter -, on les retrouve à l’Inspection des finances, à la Cour des comptes, puis dans les cabinets ministériels, et bien sûr au ministère des Finances. Les ministres importants n’ont pas la liberté de choisir leur directeur de cabinet et vivent sous leur surveillance.Ces jeunes gens, leur avenir est dans le privé. Ils payent donc d’avance ! Ils enterrent la réforme des banques. Ils passeront dans ces banques et les grandes boîtes privées, cooptés par leurs parrains... »

       Le sujet n’est pas nouveau, mais il revêt en ce moment des aspects particulièrement inquiétants1.

1-En d’autres temps, et dans un contexte très différent, je l’ai vécu directement  et je  me suis exprimé dans des textes depuis longtemps épuisés, notamment « Fonction publique. Les points sur les i » 232 pages, VO Editions 1995.

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 14:48

     Sans prendre position sur la question du « mariage pour tous » qui n’est pas de la compétence de ce blog, une simple remarque :

     Lorsque des millions de salariés, actifs et retraités, manifestaient dans tout le pays pour défendre leur  régime de retraite face à Sarkozy et à son gouvernement,  on n’a pas entendu les politiciens de droite et les manifestants qui se sont relayés sur nos écrans au long de la journée de dimanche théoriser sur la « démocratie ».

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 05:34

      Chaque jour nous apporte des informations plus ou moins révélatrices sur les mœurs de  nos « élites » politiques et journalistiques et depuis quelque temps, le nom de Sarkozy envahit les médias comme aux plus beaux jours du quinquennat précédent.

      A  la une du Monde daté du 9 octobre 2012, sous le titre «  Sciences Po Paris : la grande gabegie de l’ère Descoings », on nous présente un rapport de la Cour des Comptes fustigeant les rémunérations juteuses de personnages qui ne manquent pas de préconiser par ailleurs  la réduction des dépenses publiques.

       Dans le même numéro, on annonce  qu’il n’y a pas eu de « chasse aux sorcières » et on nous promène dans les allées du pouvoir en passant au «crible » les « nominations de M. Hollande ». Pour ceux qui ne connaissent pas les modes de fonctionnement de la Haute fonction publique, c’est instructif.

      Histoire de rigoler un peu dans cette tristesse,  je me contenterai sur ce point d’ajouter une petite louche en forme de prévision : dans la prochaine promotion de l’ENA, le nombre des vocations « socialistes» sera en augmentation.

     Pendant ce temps, fonctionnaires actifs et retraités sont une cible marquante de l’austérité.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 09:16

   Dans un long article du Monde, Raphaêlle Bacqué s’interroge : « Un président doit-il être cultivé ? » En ce qui concerne le président sortant, les commentaires ne manquent pas de sel.

   Plus modestement, dans ce blog, je me suis demandé à deux reprises ces jours-ci si un président de la République (dont la profession est avocat d’affaires) doit avoir une certaine connaissance du droit public.

   La première fois il s’agissait de l’intention prêtée au candidat socialiste d’épurer tous les magistrats,  tous les fonctionnaires, tous les ambassadeurs, témoignant une ignorance qu’on ne pardonnerait pas à un étudiant en droit (2 mars). La seconde fois (10 mars) il s’agissait de la question classique du « statut » et du « contrat ».

 

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 10:18

   Selon certaines enquêtes d’opinion, ce qui reste de l’électorat de Sarkozy serait essentiellement constitué par le noyau traditionnel de la droite : retraités et personnes âgées, agriculteurs, artisans et commerçants.

   Il est à peine besoin de dire que ces milieux – qui méritent par ailleurs le respect dû à tous les citoyens - sont plutôt éloignés des principes fondamentaux d’une fonction publique démocratique au service de l’intérêt général que nous défendons ici, et plus naturellement sensibles aux démarches anti-fonctionnaires que nous venons de dénoncer à nouveau. Il faut donc promouvoir sans cesse les valeurs fondamentales de notre République.

    En ce qui concerne les retraités, espérons au moins, sans négliger l’ensemble,  que les plus âgés –peu nombreux et en voie de disparition -  qui ont connu les combats de la Résistance, l’essor de la Libération, et pour nombre d’entre eux participé à de grandes  luttes sociales, échappent à la démagogie et aux idées dangereuses du candidat - président et de son entourage.

    On doit par ailleurs s’indigner devant les résultats de  l’enquête menée par Le Monde (7 février 2011) intitulée Au secours, la gauche revient ! Cette fois, il ne s’agit pas, comme en 1981, de la peur stupide des chars soviétiques sur l’avenue des Champs Elysées, mais de ces chefs d’entreprises qui se préparent activement à placer leur pognon en Suisse et au Royaume Uni.  Des privilégiés de la fortune donneurs de leçons présentés comme des « vaches à lait » prêtes à aller « brouter » ailleurs, mais qui ne sont en réalité que des « rats » d’une espèce particulière  se préparant à quitter le « navire ».

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 08:54

 

   Dans mes articles des 18 et 20 avril, je m’en prenais aux « réacs » qui se déchaînent contre les fonctionnaires et leur statut.

  Ces derniers jours, on a pu lire dans la presse, notamment dans Le Monde, des séries d’articles traitant l’offensive des « réacs » sur divers sujets.

   C’est bien le qualificatif qui convient.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 09:13

      Dans le flot des émissions de radio et de télé, des innombrables articles, commentaires et reportages de la dernière période, certains ont découvert un argument qu’ils ont cru pouvoir opposer aux syndicats et aux millions de manifestants qui reprochent au président de la République et au gouvernement d’avoir  refusé d’engager  une  négociation : la retraite à 60 ans  avait  été instaurée par Ordonnance.

      Bornons-nous, pour le moment, à avancer deux observations :

 

1° L’adoption par ordonnances  de  mesures d’ordre social constituées par la 5e semaine de congés, la réduction de la durée hebdomadaire du travail à 39 heures, et la retraite à 60 ans a été préalablement autorisée, en application de l’article 38 de la constitution, par la loi d’orientation n°82-63 du 6 janvier 1982 publiée au JO du 7. Ces mesures du gouvernement de gauche et de sa majorité parlementaire répondaient aux aspirations exprimées depuis longtemps par les salariés et  leurs organisations syndicales, ce qui n’est pas le cas de la loi Sarkozy sur les retraites.

 

2° La négociation devrait être la règle des rapports sociaux. Mais au-delà du principe, il ne faut pas perdre de vue le  contenu des propositions, les  modalités de la discussion  et les résultats. A cet égard, ayant participé aux discussions  salariales de la fonction publique des périodes 1968-1978 et 1981-1984 dans les fonctions successives de secrétaire général de l’UGFF-CGT et de directeur du cabinet du ministre de la fonction publique, et ayant ainsi, comme je l’ai rappelé, « fait le tour de la table »,  je sais comment on procède pour faire cautionner par les organisations syndicales signataires des décisions préalablement élaborées par le gouvernement.

     La vigilance et l’action des salariés concernés sont toujours  une donnée essentielle de la  démocratie sociale, quel que soit le gouvernement en place.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 07:37

On a lu et entendu, ces derniers temps, bien des âneries  sur la participation des jeunes lycéens et étudiants à des manifestations.

Heureusement, des voix se sont fait entendre et des écrits paraissent  pour rappeler la place que les manifestations ont occupée dans l’histoire sociale et politique de notre pays.

Personnellement, j’ai participé à des dizaines de manifs au cours de mon existence. Mais je me souviens particulièrement de la première.

C’était à Pau le 14 juillet 1936. J’avais 13 ans et demi. J'avais été reçu au concours des bourses, mais avec les décrets-lois des gouvernements de droite, ma bourse était "pour ordre", c'est-à-dire non payée! Je  participais à une manifestation célébrant la victoire du Front populaire aux élections de juin. A mes côtés, d’autres  jeunes chantaient l’Internationale et la Carmagnole. Drapeaux tricolores et drapeaux rouges réconciliés flottaient au vent.

C’était l’embellie !

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal