Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 08:17

De nombreux travaux ont été consacrés aux gouvernements présidés par le général de Gaulle aux lendemains de la Libération. La participation des ministres communistes à ces gouvernements, et tout particulièrement celle de Maurice Thorez dont la personnalité, le rôle et l’action dans ses fonctions de secrétaire général du Parti communiste français ont couvert une très longue période des années 1930 à sa mort en 1964, ne pouvaient manquer d’occuper dans ces travaux une place de choix. Vice président du conseil spécialement chargé de la fonction publique dans les gouvernements successifs de novembre 1945 à mai 1947 (Charles de Gaulle, Félix Gouin, Georges Bidault, Paul Ramadier) et promoteur de l’élaboration et de l’adoption du statut général des fonctionnaires en octobre 1946, il est un rouage essentiel de l’histoire de la fonction publique et de ses liens avec celle des conceptions de l’Etat et de la société.

J’avais reproduit dans ce blog en mars 2011 le « commentaire » signé de Maurice Thorez accompagnant dans une brochure éditée fin 1946 le texte de la loi portant statut général des fonctionnaires adoptée le 5 octobre à l’unanimité par l’Assemblée nationale constituante. Mon ouvrage inséré en publication numérique sur le site Calaméo « L’Etat et les fonctionnaires, de la plume sergent-major à internet » contient, dans les chapitres traitant la période fondatrice des années de la Libération, quelques citations extraites de ce commentaire.

En réalité, ce dernier avait une portée plus large. La troisième partie s’intitulait « Le statut » mais la deuxième traitait « La réforme administrative » et la seconde « L’œuvre de neuf mois » et énonçaient des principes généraux qui caractérisent la conception française de la fonction publique et une vision démocratique et sociale de la République française. C’est une illustration de la place occupée par l’histoire de la fonction publique dans l’histoire politique et sociale de notre pays (un sujet sur lequel j’ai entrepris de m’exprimer) 1.

Pour l’anecdote - à laquelle je ne résiste pas davantage que d’autres rares témoins survivants de l’époque - j’indique que lors de la publication de la brochure, j’exerçais les fonctions de contrôleur des Contributions indirectes chargé des services du contentieux à la direction départementale de cette administration à Pau, après avoir exercé celles d’instituteur détaché à l’Inspection académique. Je militais activement au Syndicat des Indirectes dont je serai quelques années plus tard un des responsables nationaux et j’étais fortement engagé dans l’action politique. Jeune fonctionnaire profondément intéressé, dans ma lointaine province, aux débats de la période, j’ai eu l’occasion d’utiliser cette brochure pour confondre le député socialiste Gaston Chaze, lui-même fonctionnaire de l’Enregistrement en visite dans nos bureaux : il tentait d’accréditer l’idée que c’était un statut « totalitaire » adopté sans véritable débat et dont personne ne connaissait le texte, reprenant ainsi les propos du porte parole de son groupe (Christian Pineau) à la fin des travaux parlementaires que Maurice Thorez mentionnait dans son commentaire pour les regretter dès lors qu’ils s’appliquaient à « une loi essentiellement démocratique qui fait honneur à notre pays ».

Dans les responsabilités nationales exercées ensuite à tous les niveaux du mouvement syndical des fonctionnaires, dans celles de directeur du cabinet du ministre chargé trente-cinq ans plus tard des réformes administratives et de la fonction publique et aujourd’hui encore dans le souvenir des différentes étapes de l’histoire, le papier jauni de cette brochure est resté présent.

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal