Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 09:58

        La « politique salariale de l’Etat », qui a trouvé progressivement  sa pleine expression après la Seconde guerre mondiale,  s’applique aux millions d’agents actifs et retraités des trois fonctions publiques, à leurs ayant-droit, mais aussi  aux militaires et aux magistrats, et avec les adaptations et les variantes nécessaires, aux personnels des entreprises publiques et de l’ensemble du secteur public. Elle  est au cœur de la politique économique, financière et budgétaire  du pays.

         Elle recouvre- contrairement à ce que ce libellé pourrait laisser croire-  une réalité beaucoup plus large que celle du régime et de l’évolution  des rémunérations des fonctionnaires, puisqu’elle implique non seulement les classements catégoriels généraux et particuliers, mais aussi un ensemble de  dispositions non salariales. Les discussions entre le ministère de la Fonction publique et les organisations syndicales représentatives de fonctionnaires que l’on a souvent qualifiées de « salariales » dans le cadre de la « politique contractuelle » instaurée après 1968  étaient en réalité des  discussions annuelles de caractère général   devenues par la suite pluriannuelles.

        Son  vaste champ d’application est le reflet de la place occupée en France par le secteur public et nationalisé dans tous les domaines de la vie nationale. Un phénomène original est apparu avec une particulière acuité dans certaines périodes : les interférences entre la  politique sociale de l’Etat d’une part et quelques aspects essentiels de celle qui est pratiquée par le patronat dans le secteur privé et tout particulièrement dans les grandes entreprises.

         Personne ne peut contester que l’histoire de la « politique salariale de l’Etat » ainsi définie devrait  être une des composantes majeures de l’Histoire sociale.

        Je crois avoir  tiré les conséquences de ce constat  notamment en rédigeant l’ouvrage intitulé L’Etat et les fonctionnaires et agents publics de la plume sergent-major à internet (en publication numérique sur Calaméo).

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Fonction publique
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 05:45

     A la lecture d’un certain nombre d’ouvrages, articles et études et d’une certaine floraison de témoignages, on peut observer que les questions relatives aux évolutions du mouvement syndical, et plus précisément celles qui se rattachent à la CGT et aux organisations qui la composent  pour les deux dernières décennies du XXe siècle commencent à entrer dans le champ de l’Histoire sociale. C’est un mouvement qui ne pourra que s’amplifier dans les prochaines années et il y a tout lieu de s’en féliciter.

      Le  mouvement syndical des fonctionnaires  n’échappera pas  à ce phénomène sans pour autant justifier que le linceul de l’oubli recouvre un passé plus lointain.

     Je rappelle qu’on peut consulter une brochure concernant la  crise qui l’affecta dans les années 1975 sur le site Calaméo. Ce texte comporte des précisions inédites sur les implications confédérales,  et une liste des pièces  constitutives du dossier d’archives qui a servi de fondement aux analyses qui  figuraient déjà dans Les fonctionnaires sujets ou citoyens  publié en 1981:

                                                          René Bidouze,

                     Un épisode de l’Histoire du syndicalisme

            La crise du mouvement syndical des fonctionnaires des années 1975

 

 

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Syndicalisme
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 05:34

      Chaque jour nous apporte des informations plus ou moins révélatrices sur les mœurs de  nos « élites » politiques et journalistiques et depuis quelque temps, le nom de Sarkozy envahit les médias comme aux plus beaux jours du quinquennat précédent.

      A  la une du Monde daté du 9 octobre 2012, sous le titre «  Sciences Po Paris : la grande gabegie de l’ère Descoings », on nous présente un rapport de la Cour des Comptes fustigeant les rémunérations juteuses de personnages qui ne manquent pas de préconiser par ailleurs  la réduction des dépenses publiques.

       Dans le même numéro, on annonce  qu’il n’y a pas eu de « chasse aux sorcières » et on nous promène dans les allées du pouvoir en passant au «crible » les « nominations de M. Hollande ». Pour ceux qui ne connaissent pas les modes de fonctionnement de la Haute fonction publique, c’est instructif.

      Histoire de rigoler un peu dans cette tristesse,  je me contenterai sur ce point d’ajouter une petite louche en forme de prévision : dans la prochaine promotion de l’ENA, le nombre des vocations « socialistes» sera en augmentation.

     Pendant ce temps, fonctionnaires actifs et retraités sont une cible marquante de l’austérité.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Politique
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 16:49

    La bibliographie des ouvrages, articles, témoignages concernant Henri Krasucki (secrétaire général de la CGT de 1982 à 1992) est foisonnante. Ces textes sont complexes, contradictoires, marqués d’appréciations élogieuses et fraternelles, mais aussi de portraits outranciers, désobligeants, qui dépassent de loin les pires ignominies dont les dirigeants du mouvement ouvrier ont été accablés.

   Le dernier ouvrage qui lui est consacré est celui de Christian Langeois qui vient d’être publié, début septembre 2012, dans la collection Documents des éditions du Cherche midi.

    Je figure dans la liste des personnes avec lesquelles l’auteur a eu un entretien pour recueillir  leur témoignage. Il m’en a remercié à plusieurs reprises, notamment images[1]-copie-2dans sa dédicace ainsi rédigée : « René, avec mes remerciements pour ton aide précieuse à la compréhension de la vie d’Henri ».Mais il n’en apparaît aucune trace ni dans le texte, ni dans les Notes, ni dans l’Index. Aucun de mes ouvrages, articles et études n’est mentionné dans la Bibliographie. Le mouvement syndical CGT des fonctionnaires et ses dirigeants sont par ailleurs pratiquement absents des 363 pages de cet ouvrage, comme  ils le sont   des autres écrits sur Henri Krasucki.

    J’atteste que pendant une trentaine d’années au moins, j’ai entretenu avec Henri Krasucki une relation forte et durable qui a connu des moments d’intense collaboration  et de fraternelle amitié, fondée sur le fait qu’il fut  un des dirigeants confédéraux  les plus attentifs et les plus ouverts aux  problèmes généraux de la fonction publique, aux évolutions du syndicalisme des fonctionnaires et à sa place au sein de la CGT.  On peut comprendre que des militants syndicalistes appartenant à d’autres branches professionnelles - que nul n’empêche de s’interroger s’ils en ont la capacité et l’envie, sur leurs rapports avec Henri Krasucki - soient moins directement sensibles à cet aspect de la  réalité. Mais  elle apparaît dans de multiples épisodes de l’action d’Henri Krasucki, et l’Histoire sociale est une donnée qui s’impose dans toutes ses dimensions.

     Il me reviendra de relever tranquillement ce défi et de combler cette lacune, alors que témoins et acteurs d’une époque se font rares, et de contribuer ainsi, par un témoignage singulier, à l’hommage qui est dû à Henri Krasucki.   Cette démarche  s’inscrira dans celle que je poursuis pour que l’histoire du mouvement syndical CGT des fonctionnaires occupe de façon équitable et équilibrée, en dehors de tout esprit corporatiste hors de saison, la place qui lui  revient dans l’histoire générale de la CGT.

 

 

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Témoignages
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 07:42

    Dans un entretien accordé au Monde (9-10 septembre 2012) le philosophe et historien Marcel Gauchet répondant à la  question de savoir si une solution social-démocrate à la situation de la France est pertinente et efficace, affirme que « C’est tout sauf évident » et poursuit  avec cette appréciation particulièrement sévère formulée avec une rare franchise dont on lui laisse la responsabilité :  « J’ajoute que, par comparaison avec l’Europe du Nord, les syndicats en France ne représentent presque plus rien. Du coup la concertation avec eux tourne à vide ou patine. »

   J’ai le sentiment qu’une telle affirmation pose un problème majeur. Est-il traité comme tel ?

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Syndicalisme
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 08:14

     Jean-François Kahn est un de ces personnages régulièrement invités sur les plateaux de télévision pour déblatérer sur tous les sujets.

     Hier 10 septembre, dans un échange sur BFM TV sur l’éminent patriote fiscal Bernard Arnault,  son esprit de classe lui en a inspiré une belle : « Les communards n’étaient pas des patriotes. Ils préféraient faire la Révolution alors que les Prussiens étaient encore là. »

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans La Commune
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 11:54

 

    L’auteur de l’ouvrage  au titre provocateur, insultant et irresponsable « Les fonctionnaires contre l’Etat- Le grand sabotage » que je fustigeais dans un article de ce blog en date du 18 avril 2011, est responsable de la Fondation iFrap (qui vient d’alimenter la campagne anti-fonctionnaire du Figaro Magazine. cf articles Une offensive tous azimuts 3-09, Une longue tradition 4-09).

    Dans la foulée, j’avais évoqué  un des concepts les plus anciens de la Fonction publique française, énoncés dans la jurisprudence du Conseil d’Etat dès le début du XXe siècle et repris dans une disposition  des versions successives du statut général des fonctionnaires  (article 11 du titre Ier du Statut en vigueur) :

   Les fonctionnaires bénéficient, à l’occasion de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité publique dont ils dépendent, conformément aux règles  fixées par le code pénal et les lois spéciales…

  La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

     La liberté d’expression doit être respectée et les critiques justifiées doivent être prises en considération après vérification et enquête. Mais le respect des principes fondamentaux de la République est une obligation. La violente contradiction entre cet ouvrage, son titre,  son contenu, et  la conception française de l’Etat et  de la Fonction publique  s’impose à l’esprit.

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Fonction publique
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 08:50

      Ces jours-ci, certains journaux nous informent que certains hommes politiques ont une particulière admiration pour « Le Tigre », Georges Clemenceau. Tel serait le cas de Manuel Valls et de Jean-Pierre Chevènement, qui arborent fièrement le titre de « Premier flic de France » inventé par leur idole.

      Relisez l’histoire sociale du début du XXe siècle. Vous y rencontrerez un homme d’Etat « briseur de grèves », adversaire déterminé de la jeune CGT, promoteur acharné d’un statut autoritaire pour les fonctionnaires leur interdisant formellement le droit syndical et en faisant des « sujets » et non des « citoyens ».

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Histoire
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 07:11

    L’histoire politique, économique et sociale de notre pays atteste que les formations politiques de la Droite, s’appuyant sur des officines spécialisées, ont toujours fait de la dénonciation et de la remise en cause des éléments constitutifs de la situation des fonctionnaires et agents des services publics, un des objectifs de leur propagande et de leur action.

     L’histoire du mouvement syndical des fonctionnaires  de la  fin du XIXe siècle à nos jours atteste que la riposte, prenant parfois des dimensions spectaculaires, fut  une constante.

     Qui pourrait nier que le dossier du Figaro Magazine s’inscrit dans cette longue tradition et vient appuyer la bataille politique engagée en cette « rentrée » ?

     L’un des articles se termine ainsi : « L’avenir dira si la majorité PS osera s’attaquer de front à ses alliés –les élus locaux – et à ses électeurs –les fonctionnaires. »

                                                                           O

                                                                     O          O

      Le Figaro magazine a demandé à l’officine iFrap de « chiffrer les différents scénarios possibles pour maîtriser la politique salariale de la fonction publique d’Etat ».

      Voici la réponse :

-Geler le point d’indice

-Suspendre les mesures catégorielles

-Ralentir les carrières

-Baisser les primes

-Plafonner les plus hautes rémunérations

-Désindexer les pensions

        Accessoirement, on pourrait demander aux journalistes  de ce magazine et à leurs amis de l’officine, de nous révéler  leurs propres rémunérations,  primes et autres avantages.

           

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Fonction publique
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 07:35

     En couverture du Figaro-magazine :

                                                    Fonctionnaires

                                          Et si on s’attaquait enfin aux privilèges


         Un édito de Guillaume Roquette, un article se référant principalement  aux  dénonciations et  propositions de  l’officine iFrap, et un regard sur « Ce que les autres pays ont fait ».

         Une glorification d’un « nouveau livre choc » mettant « la fonction publique à vif ». 

         Au total une offensive tous azimuts.


         Les auteurs de cette campagne ne sont pas tous des inconnus dans ce blog.

  Guillaume Roquette, qui est passé de Valeurs actuelles au Figaro magazine est un attitré de l’émission de France 5 C dans l’air. Dans un article intitulé « J’ai cru que je rêvais » ( 30 juin 2010) je réagissais à une émission dans laquelle avec à ses côtés le président d’une Association de contribuables, ancien dirigeant du Bon Marché et de Conforama il « bouffait »  du fonctionnaire dans des termes qui m’ont conduit à reproduire un extrait de mon dernier ouvrage sur les campagnes anti-fonctionnaires sous la IIIe République.


  Quant à l’officine iFrap, à laquelle Le Figaro donne largement la parole et qui bénéficiait d’un accueil obligeant d’Yves Calvi, je l’ai dénoncée notamment dans deux articles « Une entreprise réactionnaire de dénigrement et d’insultes » (18 avril 201I) et « Alerte. Les réacs montent à l’assaut du statut » (20 avril 2011).


   Marylise Lebranchu reçoit les organisations syndicales de fonctionnaires en ce 4 septembre 2012. On verra bien quelle est la politique du gouvernement de gauche.

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Fonction publique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal