Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 08:34

     

Je m’étonne que certains de ceux qui me connaissent de longue date ( à commencer par l’auteur incriminé ) n’aient pas encore compris que je continuerai à m’exprimer et à mettre quand il le faut les points sur les i aussi longtemps que mes capacités intellectuelles et physiques le permettront, même si je ne dispose que de ce blog et des publications numériques sur Calaméo, qui ont d’ailleurs une meilleure audience qu’ils ne semblent le croire…

A chaque époque ses moyens d’expression. Le garde champêtre de ma lointaine enfance concluait ainsi ses communications en rengainant les baguettes de son tambour : « Qu’on se le dise ! » C’est aussi ce que je fais en publiant un article dans ce blog, car si on veut « faire bouger les lignes » il faut se grouper et intervenir.

Dans le prolongement des précédents articles de la fin août, nous reprendrons ici les extraits de mes textes permettant une approche correcte des faits, en attendant d’autres initiatives.

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 08:21

La question du « dialogue social » est un sujet d’une grande actualité qui donne lieu à une quantité impressionnante d’analyses et de commentaires émanant des « acteurs sociaux », de spécialistes de diverses disciplines, et comme toujours de journalistes .

Il va de soi que ce sujet peut être abordé selon des approches multiples - ce qui est d’ailleurs le cas - selon qu’on le traite comme un sujet d’analyse répondant aux règles et contraintes de la recherche ou comme un objet d’expression d’une organisation syndicale ou encore au service des puissances économiques qui dominent la société avec l’aide de leurs porte-voix médiatiques. Il peut être traité dans le cadre d’une étude de la politique sociale de la période en cours ou dans ses manifestations au cours de l’histoire. Le lecteur moyen a parfois du mal à séparer « le bon grain de l’ivraie ».

C’est ainsi que l’histoire de la fonction publique et du mouvement syndical des fonctionnaires et plus largement les relations entre l’Etat, les pouvoirs publics et ce mouvement syndical ne se retrouvent pas dans la vision générale du « dialogue social » présentée dans les articles publiés par René Mouriaux dans les deux derniers numéros des « Cahiers » de l’IHS-CGT d’histoire sociale sous le titre « Les cinq étapes du « dialogue social » en France ».

Si on s’intéresse à la question de la fonction publique et de son mouvement syndical, il faut consulter les textes qui la traitent sérieusement. Mais cette fois, en plus des petits bouts de phrases plus ou moins pertinents, un bref chapitre du deuxième article concernant les réformes du gouvernement de la gauche en 1981 mérite une contestation et une mise au point spécifiques qui seront l’objet d’un prochain article de ce blog.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 07:42

Dans un article publié dans ce blog , je notais que « Tel auteur spécialiste du syndicalisme exerçant des responsabilités sur le terrain de l’histoire sociale - conscient du fait que l’histoire de la fonction publique et de son mouvement syndical est une partie clairement identifiée de l’histoire politique, économique et sociale - insère systématiquement dans ses textes (articles, études, conférences) des éléments limités et partiels de cette histoire. Ces éléments sont sommaires et frappés d’approximations et d’erreurs qu’il serait légitime de relever … »

L’auteur n’était pas désigné nommément dès lors que le but était essentiellement d’appeler l’attention sur les inconvénients d’une certaine pratique. Il s’agissait du politologue et historien René Mouriaux, qui a exercé diverses responsabilités et publié un grand nombre d’ouvrages, articles, conférences sur le syndicalisme. « Modérateur » du conseil scientifique de l’Institut CGT d’histoire sociale essentiellement composé d’universitaires de diverses disciplines, il occupe à la direction de cet institut une place prééminente. Au cours de la dernière décennie, chaque numéro de ses « Cahiers », chacune de ses Journées nationales d’études réunissant les représentants des dizaines d’instituts territoriaux et professionnels sont marqués par un ou plusieurs de ses articles et par une de ses conférences.

Au hasard des lectures de ses textes, j’avais constaté par exemple qu’il ignore que le droit de grève n’était pas inscrit dans le statut général des fonctionnaires publié en 1946, ni dans sa version de 1959 et qu’il ne figure explicitement que dans sa version de 1983 et je pensais qu’une telle lacune permettait d’émettre quelques doutes sur sa connaissance de l’histoire du droit syndical et du droit de grève des fonctionnaires. Avançant dans une autre prestation des dates erronées et inversées pour le statut des fonctionnaires de 1946 et la Constitution de la IVe République, il affirmait que le premier est un « texte d’application » de la seconde, ce qui était une aberration jamais rencontrée ailleurs.

Il est évident que cet auteur n’est pas un spécialiste du droit de la fonction publique et de son histoire, ni de l’histoire du mouvement syndical des fonctionnaires qui lui est intimement associée. On peut à la rigueur comprendre son souci d’éviter que cela ne porte atteinte à sa situation de spécialiste reconnu du syndicalisme.Mais tout en regrettant une pratique qui risque d’aboutir à l’inverse du but recherché, il faut surtout craindre qu’elle n’ait pour effet de contrecarrer la diffusion d’une véritable connaissance des particularités et des contributions originales de la fonction publique au mouvement social des origines aux années 1981, et d’entériner les carences qui affectent la recherche pour les deux dernières décennies du XXe siècle.

On peut se borner pour l’instant à une position symbolique sans grande portée pratique, en conseillant à ceux qui consultent ces textes de ne pas tenir compte des injections relatives au droit de la fonction publique ou à tout le moins d’exercer leur vigilance, sans se livrer à une recherche systématique des erreurs et approximations.

Il est certainement plus opportun de suggérer une nouvelle fois la consultation des travaux qui traitent sérieusement l’histoire de la fonction publique et du syndicalisme des fonctionnaires que cet auteur se garde de mentionner.

(Voir notamment sur le site Calaméo, l’ouvrage « L’Etat et les fonctionnaires, de la plume sergent-major à internet », qui analyse la politique salariale de l’Etat ( largement négligée par ailleurs) et l’organisation des carrières des fonctionnaires de la fin du XIXe siècle à nos jours).

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 08:23

Les articles publiés en mai-juin-juillet, avançaient une série de réflexions soumises à ceux qui s’intéressent à l’histoire générale de la fonction publique et à celle du mouvement syndical des fonctionnaires qui lui est associée, et plus particulièrement à ceux qui à des titres divers et en fonction de la position qu’ils occupent, ne s’accommodent pas de la manière dont cette histoire est éludée ou maltraitée.

Une nouvelle série qui en appellera d’autres va maintenant s’ouvrir.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 09:12

Au risque d’une répétition qui pourrait être lassante, la quasi-totalité des articles insérés dans ce blog en mai juin et juillet 2015 s’appliquent à décrire et à caractériser l’état de l’expression et de la recherche dans le domaine de l’histoire de la fonction publique et du syndicalisme des fonctionnaires.

Dés le début de cette série, je concluais ainsi mes observations critiques, en espérant me tromper : « Sur le sort qui leur sera réservé, je crois avoir de bonnes raisons de rester sceptique pour des raisons qui relèvent d’autres disciplines que l’histoire ou le droit ».

Mais j’estimais aussi en conclusion que « la messe n’est pas dite »

Bientôt, lorsque la période la plus forte des vacances sera passée, nous passerons à l’étape suivante.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 07:11

Au terme de neuf mois de négociations sur « les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations », le ministère de la Fonction publique a remis aux organisations syndicales la « version définitive » de l’accord sur l’avenir de la fonction publique soumis à leur signature. Plusieurs de ces organisations semblent avoir émis un premier avis, d’autres se réuniront en septembre.

De telles négociations se déroulent dans de multiples réunions et consultations entre les « partenaires sociaux », se concluent par un « accord » qui doit désormais être « majoritaire » au terme d’une consultation plus ou moins étendue au sein de chaque organisation syndicale représentative. De plus les décisions n’entrent dans la réalité que lorsqu’elles ont été consacrées par des textes législatifs ou règlementaires. Tout cela est la substance même de l’activité et des responsabilités des organisations syndicales de fonctionnaires dans un ensemble de relations fondées sur le régime général de la fonction publique.

N’exerçant plus depuis très longtemps aucune responsabilité politique, administrative, juridique ou syndicale, je me trouve dans la position du fonctionnaire retraité, adhérent du Syndicat CGT Finances publiques affilié à la Fédération des finances qui est elle-même une des parties constitutives de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT. Un des millions de fonctionnaires actifs ou retraités plus ou moins directement concernés. Quels que soient mon expérience ou mes connaissances acquises dans le passé, mes travaux récents ou anciens dans le domaine de l’histoire de la fonction publique et du syndicalisme des fonctionnaires, je n’ai aucun titre à intervenir dans cet accouchement dont Marylise Lebranchu ne cache pas que l’accord majoritaire dont il doit bénéficier sera « difficile ».

Je pense néanmoins qu’une bonne connaissance de l’histoire de la politique salariale de l’Etat menée depuis les lendemains du grand mouvement de mai 1968 sous le label de la « politique contractuelle » serait très utile aux militants syndicaux de la fonction publique et plus largement aux fonctionnaires et agents publics - syndiqués ou non - à qui s’appliqueront les décisions finales. Je pense même qu’elle le serait bien davantage que certains débats académiques dont nous reparlerons peut-être.

Dans l’immédiat, on peut encore, comme je le fais ci-après dans cet esprit, suggérer à ceux qui veulent en savoir plus la consultation de certains textes.

Mais dans une perspective plus large, le moment est venu de fixer un nouvel horizon à ma démarche. C’est ce que nous verrons prochainement

Pour en savoir plus

- Dix ans de politique contractuelle dans le secteur public et nationalisé

Ouvrage collectif (Alain Guichard, Louis Lopez, Claude Marrache , Maurice Samson, Jean-Pierre Souvais, Jean Thomas) - Préface de Raymond Barberis, Responsable de la coordination du secteur public et nationalisé de la CGT, Centre confédéral d’études économiques, août 1982, 175 pages.

- Conférence Les services publics dans l’Histoire sociale site Calaméo (René Bidouze) et site ihs.cgt 2011.

- l’Etat et les fonctionnaires, de la plume sergent-major à internet .La politique salariale de l’Etat et l’organisation des carrières (René Bidouze)

Livre numérique sur le site Calaméo, 2011

Tome I. De la fin du XIXe siècle à 1981, 159 pages

Tome II. De 1981 à 2006 116 pages.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 08:32

Pour être automatiquement informés de la parution d'un article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 08:23

Il est certain que les « visiteurs » de ce blog, et parmi eux ceux qui viennent de le découvrir ne consultent pas systématiquement les articles publiés depuis le début et dont le nombre dépasse les 550. Il en va de même pour la dizaine d’ouvrages et brochures numériques sur le site Calaméo qui représentent près d’un millier de pages. Leurs consultations suivent naturellement les principaux centres d’intérêt des lecteurs.

Pour ceux, notamment retraités des administrations financières, qui s’intéressent au syndicalisme de ce secteur de la fonction publique et à celui de la fonction publique dans son ensemble, il n’est pas interdit de signaler que le texte « L’unité d’un parcours militant de plus de trois quarts de siècle » comporte un chapitre de vingt pages ( 47-67) dont la partie intitulée « Deux décennies de responsabilités syndicales (1958-1978) » présente des analyses et un témoignage dont je puis les assurer qu’ils sont inédits et largement méconnus, ainsi que chacun pourra le vérifier.

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 08:55

Le dernier article, intitulé « Où en est l’Histoire du syndicalisme des fonctionnaires » est une sorte de profession de foi.

Il se termine par une phrase qui n’a rien d’anodin : « Ni censeur ni gardien du temple », je n’ai pas non plus vocation à « prêcher dans le désert »

A vrai dire, on ne manque pas de formules inspirées du simple bon sens qui est, paraît-il la chose du monde la mieux partagée.

En saluant les nombreux nouveaux « visiteurs » du blog qui ont spontanément répondu à un appel de l’UFR CGT FINANCES, voici de nouveau, pour sortir du désert, et en attendant d’aider des vocations « d’historiens du social » à se manifester, la présentation du blog et des publications numériques.

 

                                    Le blog de René Bidouze

                                       http://renebidouze.over-blog.fr

Ce blog est consacré à l’Histoire dans trois domaines :

- la Fonction publique

- le syndicalisme des fonctionnaires,

- la Commune de Paris.

Plus de 500 articles publiés de mai 2010 à mai 2015

Pour être automatiquement informé de l’insertion d’un article, abonnez-vous

 

            Publications numériques sur le site Calaméo

                                                     http://calameo.fr

                                                                            Un ouvrage inédit

                                            L’Etat et les fonctionnaires

                                     De la plume sergent-major à internet

Une histoire de la politique salariale de l’Etat et de l’organisation des carrières des fonctionnaires

 

                                                                                        °

   L’unité d’un parcours militant de plus de trois quarts de siècle

 

                                                                                          °

-Le statut général des fonctionnaires (1946-2006).

Un texte publié à l’occasion du 60e anniversaire du statut.

-Fonctionnaires et magistrats sous la Commune de Paris

Des extraits de l’ouvrage 72 jours qui changèrent la cité. La Commune de Paris dans l’histoire des services publics

-Les services publics dans l’histoire sociale

Conférence à l’Institut CGT d’histoire sociale 3 mai 2011

-Histoire de la Fonction publique Episodes marquants

-La crise du mouvement syndical des fonctionnaires des années 1975

-La grève des fonctionnaires dans l’histoire sociale

-Les cartels des services publics (1920-1946)

Une vidéo

Les Ateliers de l’Histoire du CNFPT (Centre national de la Fonction publique territoriale) ont réalisé un DVD reproduisant un entretien de 2 heures avec René Bidouze sur le thème « de l’emploi à la carrière »

°

Du même auteur une brochure de l’IHS-CGT : « L’évolution historique des fonctions publiques d’emploi et de carrière en France et dans le monde »

Ouvrages, articles, études sur le syndicalisme, la Fonction publique, la Commune der Paris.

 

 

 

 

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 09:26

Avant de reprendre, le moment venu, le cours de ma démarche qui pourrait prendre de nouvelles dimensions dans le contexte de la commémoration du 120e anniversaire de la CGT et des initiatives engagées pour l’année prochaine par l’Institut CGT d’histoire sociale -auxquelles je ne suis pas associé pour des raisons diverses sur lesquelles il n’est pas nécessaire de s’exprimer pour le moment - je tiens à réaffirmer dés maintenant en toute indépendance une double conviction :

- l’histoire générale de la fonction publique, celle du syndicalisme des fonctionnaires qui lui est intimement associée, et celle des rapports de ce dernier avec le syndicalisme confédéral ne sont pas des sujets proprement « sectoriels » mais constituent des éléments de l’histoire politique, économique et sociale ;

- ces derniers devraient être considérées comme tels par les instituts d’histoire sociale constitués auprès des centrales syndicales, par les historiens, les politologues, et le cas échéant par d’anciens ou nouveaux responsables du mouvement syndical des fonctionnaires acceptant de s’investir en ce domaine.

Sur cette base, je fais un double constat :

- Chacun peut noter que la référence aux ouvrages, études, articles portant sur l’histoire du syndicalisme des fonctionnaires des origines aux années 1981 est le plus souvent absente ou délibérément sélective dans les expressions relatives à l’histoire sociale et dans les publications syndicales ;

- Il n’existe certes pas de règle déterminant le moment le plus opportun pour engager des études portant sur l’histoire contemporaine, en l’occurrence les deux dernières décennies du XXe siècle.

Mais on n’a pas connaissance de projets de travaux individuels ou collectifs de recherche et d’élaboration historique (ou à tout le moins de notes explicites) alors que cette période a été marquée par des transformations très importantes des structures administratives dans les trois fonctions publiques (Etat dont PTT, locale et hospitalière) de nombreuses modifications des textes statutaires législatifs et réglementaires, et surtout - dans le cadre du présent propos - des évolutions du mouvement syndical des fonctionnaires caractérisées par des crises et des affrontements affectant plusieurs fédérations (notamment UGFF, Finances, Equipement…) et leurs relations confédérales.

Cette carence, que je considère personnellement comme inacceptable s’accompagne, ainsi que j’ai eu l’occasion de le relever voici plusieurs mois dans ce blog à propos d’un ouvrage sur les « vingt années qui ont changé la CGT », d’une sorte d’instrumentalisation tendant à imposer une certaine analyse du déclin syndical survenu dans les années 1980, et une vision du syndicalisme de l’époque contemporaine (1).

1- Ma démarche, qui se poursuivra en tant que de besoin sous des formes et dans des limites totalement indépendantes et clairement définies, reste celle d’un fonctionnaire syndiqué depuis plus de 70 ans actuellement adhérent retraité du Syndicat CGT Finances publiques ayant exercé des responsabilités locales et nationales à tous les niveaux du syndicalisme jusqu’en 1978, et des responsabilités politiques, administratives et juridiques dans le domaine de la fonction publique, auteur d’un ensemble d’ouvrages, articles et études sur ces sujets.

« Ni censeur ni gardien du temple », je n’ai pas non plus vocation à « prêcher dans le désert » !

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal