Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Une idée largement répandue : François Hollande manque d’autorité. Et s’il y avait d’autres explications ?

Le 22 janvier 2012, au Bourget, Le candidat François Hollande déclarait que son véritable adversaire « n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance ». Après avoir rappelé cette déclaration, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (auteurs précédemment cités) estiment « que François Hollande louvoie et esquive la réalité, car il est très bien placé pour savoir que la finance a des visages et des noms ». Ils rappellent que quelques semaines après ce discours, il déclarait à la presse anglaise : « la gauche a été au gouvernement pendant quinze années au cours desquelles nous avons libéré l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations » et concluait : « Il n’y a pas à avoir peur. »

Les auteurs nomment « quelques uns de ses amis ou de ses proches », à commencer par son directeur de campagne Jean-Jacques Augier, homme d’affaires, actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïman, Jean-Pierre Jouyet, inspecteur général des finances condisciple à l’ENA dont la carrière administrative et politique et les liaisons familiales avec l’aristocratie sont édifiantes, Matthieu Pigasse et plusieurs autres personnages « formés dans les mêmes grandes écoles que les patrons et politiciens de droite : ENA, Sciences Po, HEC et bien entendu Harvard », élus socialistes « coupés du peuple » et « cumulards »

Les auteurs de l’ouvrage « La violence des riches » consacrent des développements forts intéressants à ces phénomènes et évoquent (page 98) des données qui se situent dans la période que nous traitons dans les articles de ce blog : « Après l’espoir suscité par l’arrivée de l’Union de la gauche au pouvoir, avec l’élection, le 10 mai 1981, de François Mitterrand à la présidence de la République, la nomination de ministres communistes et les promesses de nationalisations tenues, c’est la douche froide dès 1983 avec un plan de « rigueur » chargé de remettre de « l’ordre » dans les comptes publics ». Les auteurs pensent qu’il s’agissait « d’amorcer la conversion du Parti socialiste à l’idéologie néo-libérale » et révèlent que François Hollande a collaboré à un ouvrage « La gauche bouge », édité en 1985, aujourd’hui « épuisé », publié sous le pseudonyme de Jean-François Trans, référence au mouvement « Trans-courants » avec quatre co-auteurs : Jean-Michel Gaillard, Jean-Pierre Jouyet, Jean-Yves Le Drian, Jean-Pierre Mignard , dont les orientations et les liens avec les milieux de la finance sont opportunément décrits. Les auteurs notent au passage que cet ouvrage n’est pas mentionné dans la notice de François Hollande au Whos’s Who. Quand on sait comment ces notices sont rédigées …

Partager cette page

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal