Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 09:53

 

       Fin   2009, la publication d’un ouvrage d’Eric Maurin intitulé  La peur du déclassement, a fait quelque bruit 1. L’auteur considère que  le phénomène dominant de la société française, qu’il qualifie de « société à statut » est la « peur du déclassement » présentée comme  « l’angoisse » pour chaque Français, et plus précisément pour chaque salarié-qu’il appartienne au secteur privé ou au secteur public- de perdre ce qui constitue sa situation, c’est-à-dire l’emploi, le salaire, les prérogatives. » « En un mot son statut » précise-t-il dès les premières lignes de l’ouvrage  qui insiste sur la notion de « protection » qui en serait la caractéristique essentielle

        Le terme « statut » constamment utilisé dans le cours de l’ouvrage, a donc un sens général. Il s’applique  avant tout aux travailleurs du secteur privé, dans des analyses qui comportent néanmoins de nombreuses références à la fonction publique  et à l’attrait qu’elle exerce auprès des jeunes, sans pour autant échapper à un accroissement spectaculaire du nombre  des « fonctionnaires surdiplômés », principalement dans les périodes de crise et de récession. L’auteur s’engage d’ailleurs dans ce qu’il appelle dans le titre même de l’ouvrage, une « sociologie des récessions ».

        Dans les analyses relatives à la fonction publique et à la situation des fonctionnaires, le terme « statut », s’il recouvre les mêmes données générales, n’en a pas moins une signification juridique précise désignant les textes  législatifs, réglementaires constituant le « statut général des fonctionnaires », le cas  échéant   la  jurisprudence qui l’accompagne, ainsi que le système général des rémunérations  et celui des retraites dotés de caractères spécifiques.

         Cette précision est sans doute nécessaire, pour éviter toute confusion éventuelle dans l’esprit du lecteur d’un ouvrage qui offre des réflexions d’un grand intérêt sur la situation de la France d’aujourd’hui et ses perspectives proches et lointaines.

         L’auteur étudie, dans les crises que la France a traversées,  le phénomène de « l’anxiété de ceux dont le statut pourrait être menacé ». La  « sociologie des récessions » qu’il propose se situe sur un « triple registre social, psychologique et politique » et s’applique en premier lieu aux périodes 1974 et 1993, au cours desquelles  s’est produit un afflux de candidatures aux concours de la fonction publique. Il note que « pour la première fois depuis trente ans, une majorité de Français  estime que leurs conditions de vie vont se dégrader dans les années à venir. Il pense qu’il est probable que les jeunes diplômés vont, comme dans les récessions précédentes s’inscrire en masse aux concours de la fonction publique et qu’une nouvelle génération de fonctionnaires surdiplômés va émerger au moment où les déficits publics vont se creuser. Sans doute faut-il intégrer dans ces considérations le fait que si la fonction publique  continue à recruter chaque année un nombre appréciable de nouveaux agents, et que si elle reste le principal consommateur de diplômés, le non remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux est devenu un des éléments permanents de la politique budgétaire.

 

 

1- Eric Maurin, La peur du déclassement, Une sociologie des récessions, Seuil, 2009.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Fonction publique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques