Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 11:17

     Dans cette campagne présidentielle, dont certains candidats ne contribueront pas à l’inscrire dans les meilleures pages de notre Histoire, quand on évoque les épisodes fondateurs de notre  République, on peut être accusé par tel politicard en difficulté dans les sondages, de regarder dans le « rétroviseur ».

     Raison de plus de souligner que le concept d’égalité qui inspirait l’action des communards  doit rester au cœur des aspirations du peuple français.

    Voici de larges extraits de  la conclusion de mon ouvrage La Commune de Paris telle qu’en elle-même, Une révolution sociale aux avant-postes de la République, Le temps des cerises,  réédition 2009

La Commune de Paris en phase avec les constantes de la     culture politique du peuple français.

     La Commune de Paris est la fille de la philosophie des Lumières, de la Révolution française, éléments fondateurs de la nation générateurs des Droits de l’homme et du citoyen et de la souveraineté du peuple. Elle est profondément liée  aux symboles de la République et de la démocratie, au tryptique révolutionnaire «  Liberté, Egalité, Fraternité ».

     Les sentiments patriotiques des fédérés parisiens des années 1870 s’insurgeant contre la capitulation du gouvernement de la « Défense nationale » sont dans la lignée qui relie les sans-culotte, les soldats de l’AN II aux combattants de la Résistance contre l’occupation nazie du milieu du XXe siècle…

…Les luttes des communes médiévales pour leurs franchises ,la Commune insurrectionnelle de 1792,les péripéties des débats  du XIXe siècle sur l’Etat, la décentralisation, le fédéralisme, le Paris des révolutions politiques et sociales, et les peurs qu’il inspira toujours aux classes dirigeantes, le conflit récurrent entre la tutelle de l’Etat et la démocratie pour la capitale forment une longue trame où s’inscrivent les communards de 1871.

   Il est communément admis que l’égalité est une « passion française », une quête incessante du peuple français,  une tendance de fond de sa culture politique, et particulièrement de celle de la gauche que certains, pour tenter de la discréditer et la combattre sans trop se compromettre, n’ont pas d’autre ressource que de la ravaler au niveau de « l’égalitarisme » ou de lui préférer la notion d’équité.

   Cette passion politique s’est exprimée dans une revendication permanente constamment placée au cœur du mouvement démocratique en servant de base à la plupart des démarches et projets de société de la France contemporaine. Elle a trouvé une traduction explicite particulièrement forte en devenant un principe général de notre droit consacré par la jurisprudence du Conseil d’Etat et du Conseil constitutionnel.

   Comment ne pas voir que  ce principe d’égalité imprégnait les idées et les actes du conseil général de la Commune et plus encore les débats et les revendications des organisations  populaires qui dans les quartiers de la capitale, en faisaient leur credo ?...

…Les valeurs dont le peuple parisien  était porteur en 1871 : la résistance à l’envahisseur, la sauvegarde de la République, les libertés municipales pour la capitale, la justice sociale, la laïcité de l’Etat et de l’école, ont tissé un lien puissant entre les générations…

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal