Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 07:51

 Après la préface d'Alain Le Léap, voici l'avant-propos de l'auteur de cet ouvrage publié en 1979.

Le syndicalisme des origines à la scission de 1947-1948,

 Editions sociales Notre temps /société, 1979, 369 pages

(Tome 1)

 

   La France compte aujourd’hui  plus de deux millions de fonctionnaires, c’est-à-dire 10% de la population active, comme la plupart des pays développés (1)

   Près d’un million de fonctionnaires, enseignants ou administratifs, relèvent de l’Education nationale, 400.000 sont postiers. Une centaine de milliers d’autres sont policiers.

   Au service d’un Etat dont l’intervention s’est largement étendue à tous les domaines de la vie nationale, ils accomplissent les tâches les plus variées.

   Le fonctionnaire, c’est l’enseignant, instituteur ou professeur de faculté, l’ingénieur et le technicien exerçant son activité dans des branches diverses. C’est aussi le postier et l’huissier de ministère, le cuisinier de lycée et l’agent pénitentiaire, l’ouvrier d’Etat et le policier, le percepteur, l’inspecteur du travail et l’aiguilleur du ciel, le douanier et le chercheur…

    Les fonctionnaires sont des salariés, et la conscience de leur condition a largement progressé. Face à l’Etat-employeur, leur action revendicative revêt les mêmes formes Que celles des autres travailleurs. Ils participent à leurs côtés aux luttes générales pour la liberté, la démocratie, le progrès social. La Fonction publique, on l’a dit, est devenue « la plus grande entreprise de France ». Les fonctionnaires tiennent une grande place dans la vie nationale comme travailleurs et comme citoyens.

    Il reste difficile de connaître avec précision les effectifs des syndicats autres que ceux de la CGT. Mais on peut avancer sans crainte d’exagération que le mouvement syndical de la Fonction publique groupe au moins 1.500.000 adhérents. La Fonction publique et les fonctionnaires peuvent être envisagés selon plusieurs acceptions. La plus large englobe les agents de l’Etat de toutes catégories et de tous ministères et ceux des collectivités locales. Mais la Fonction publique est un vaste ensemble au sein duquel certaines spécificités se sont affirmées au fil des événements. Ainsi les « fonctionnaires » les « postiers » les « enseignants », les « communaux », les « hospitaliers » et tous les personnels dont la rémunération dépend directement ou indirectement de l’Etat  ont-ils tout à la fois leur propre histoire et un large fond commun, marqués par la complexité et la contradiction. Ils sont tantôt unis dans une même fédération, tantôt groupés dans des organisations distinctes qui  entrent parfois en conflit  ou coordonnent  leur action  dans un « Cartel des Services publics » englobant aussi les cheminots, les personnels de l’éclairage, des tabacs et allumettes…

     Cet ouvrage est essentiellement consacré au syndicalisme des fonctionnaires. Mais bien entendu, les points de rencontre avec celui du secteur public sont extrêmement nombreux et l’on ne s’étonnera pas des références abondantes à l’Histoire de la Fédération CGT des PTT de Georges Frischmann (2) qui a ouvert la voie à la présente recherche. Certes, l’organisation de base  c’est, dans les premiers âges du mouvement, l’association professionnelle, devenue plus tard le syndicat, regroupant les personnels d’une même administration. Chaque syndicat a connu des évolutions qui recoupent assez largement celles du syndicalisme « fédéral » des fonctionnaires dont il est une partie constitutive, mais n’en comportent pas moins des aspects particuliers qui ne manquent pas d’intérêt pour la compréhension de l’évolution générale.

.

(1) Il s’agit, naturellement, des fonctionnaires de l’Etat.

     Voir dans L’Etat et les fonctionnaires (Publication numérique  sur le site Calaméo)  les évolutions qui ont conduit à la création des Fonctions publiques territoriale et hospitalière  et aux titres III et IV du Statut général en 1983-1984 et 1986.

     Après la transformation de l’administration des  PTT en  deux exploitants publics, la Poste et France Télécom en 1990, les effectifs de ce secteur ne figurent plus dans les statistiques de la Fonction publique du Rapport annuel publié à la Documentation française.

 

(2) Réédité en 2011 au Temps des cerises.

 

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Fonction publique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal