Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 15:17

       La semaine dernière, j’annonçais l’insertion prochaine d’articles traitant de l’histoire du  syndicalisme des fonctionnaires de l’Etat et  plus précisément d’articles faisant le point des recherches et travaux qui lui sont consacrés.

      Il faut au préalable « planter le décor », c’est-à-dire faire une présentation - qui ne peut être que schématique et simplifiée - de son organisation et de ses structures qui ont toujours été déterminées par deux éléments : l’organisation institutionnelle de l’Etat et  la nature et le niveau des questions à traiter.

      Dès la fin du XIXe siècle, et dans les premières années du XXe (avec un essor dû à la publication de la loi du Ier juillet 1901) une  association  professionnelle s’est  constituée dans la plupart des administrations. Ces associations se sont transformées en syndicats nationaux en dépit de tous les interdits. C’est, à toutes les époques, l’organisation de base du mouvement syndical des fonctionnaires. Quand un fonctionnaire veut  se  « syndiquer » il adhère à un syndicat national qui traite des problèmes collectifs et individuels des personnels de son administration. Il se retrouve généralement dans une section constituée au niveau départemental ou régional ou du service auquel il appartient. Le syndicat s’exprime et agit au niveau national  dans une organisation verticale qui traduit le parallélisme évoqué plus haut.

       Le traitement des « problèmes généraux » c’est-à-dire des questions communes à l’ensemble des fonctionnaires et agents publics concernant notamment la détermination des rémunérations, l’organisation générale des carrières,  celle  des  rapports avec l’Etat  relevant de la compétence du pouvoir exécutif et du Parlement a très tôt  posé la question du regroupement des associations et des syndicats  dans une structure adéquate. Cette dernière a pris dès les premières années du XXe siècle la forme d’une Fédération générale des fonctionnaires. Dans les années 1930, des structures intermédiaires regroupant les syndicats nationaux au niveau des ministères, qualifiées de « fédérations internes »  ont concrétisé dans la fonction publique la conception fondamentale du fédéralisme constitutif du syndicalisme français. Ces fédérations ont en effet  été assimilées à des « fédérations d’industrie » assurant l’affiliation confédérale à la CGT. Il existait aussi une fédération de fonctionnaires regroupant les syndicats chrétiens affiliée à la CFTC.

      Le paysage syndical s’est profondément diversifié et a connu des transformations importantes  au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Après la publication de la première version du statut général des fonctionnaires en 1946, la scission de la CGT dans les années 1947-1948, les scissions et transformations survenues depuis, les fédérations générales représentatives sont identifiées par leur représentation au Conseil supérieur de la fonction publique.  

      On voit bien que l’histoire du syndicalisme des fonctionnaires considéré dans toutes ses dimensions serait une œuvre monumentale. Elle impliquerait une étude afférente à chacune     des fédérations générale ou unions de fédérations. Mais elle impliquerait  aussi  des travaux consacrés à quelques centaines de syndicats nationaux qui leur sont affiliés directement ou par l’intermédiaire des fédérations internes. Certains de ces syndicats ne groupent que quelques dizaines ou centaines d’adhérents, mais il en est, tant dans  la fonction publique administrative que dans le monde enseignant, qui  en regroupent des dizaines de milliers sans parler des  fédérations des PPT qui ont toujours connu une organisation différente fondée sur les catégories .

    Ces considérations s’appliquent à la fonction publique de l’Etat. Mais elles ont de nombreux et puissants points de rencontre avec les fonctions publiques territoriale et hospitalière et leurs organisations syndicales.

     Un recensement aussi exhaustif que possible des ouvrages, études, articles traitant de l’histoire du syndicalisme des fonctionnaires serait d’une grande utilité.Mais en l'état actuel des choses, cette suggestion semble avoir peu de chances d'être retenue.Après avoir ainsi  « planté le décor » on  présentera néanmoins dans l'article suivant un « état de la recherche ».

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans Syndicalisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques