Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 09:31

                                       Extrait de

    La Commune de Paris telle qu’en elle-même…p 217-218

 

Dans la plupart des écrits émanant d’auteurs qui éprouvent de la sympathie à l’égard de la Commune, il est classique de mentionner deux « erreurs » essentielles du Comité central de la Garde nationale, plus ou moins considérées comme les causes  principales de l’écrasement de la Commune de Paris : la décision de ne pas marcher immédiatement sur Versailles au lendemain du 18 mars et d’organiser les élections,  celle de ne pas s’emparer des réserves de la Banque de France. On relève également la malencontreuse nomination de Charles Lullier qui a laissé les Versaillais s’emparer du Mont-Valérien, et les conséquences de cette carence sur le massacre de la sortie du 3 avril. De nombreuses autres « faiblesses », apparaissent au fil de l’analyse des événements, et nous les  avons rencontrées ici comme dans toute relation de l’histoire de la Commune. Il est bien naturel que l’on se demande ce qui serait advenu  si ces « erreurs » avaient été évitées, et que l’on se prenne à rêver à l’entrée triomphale des fédérés dans Versailles, s’emparant des bâtiments publics, contraignant à la fuite le gouvernement de Thiers et les députés à l’Assemblée nationale (les versaillais eux-mêmes n’avaient pas exclu un repli sur Bordeaux ou Tours), au retour à Paris ou à l’exil des agents publics déserteurs,  à la mainmise de la Commune sur les trésors de la Banque, et finalement à la réalisation des objectifs des communards.

Cette démarche n’est pas inhabituelle. Chacun peut  se souvenir de s’y être engagé à propos de tel événement historique et d’avoir mentalement réécrit l’histoire avec des si. « L’uchronie », mot peu usité désignant une conception de l’histoire prétendant  la reconstruire  non d’après les faits réels, mais d’après un enchevêtrement possible des faits, a selon Jean-Noel Jeanneney 5 « beaucoup à nous dire quant à l’imbrication compliquée des temporalités.»  Cet auteur s’interroge : « Que serait-il arrivé si Brutus n’avait pas osé, si Ponce Pilate avait dit non, si le poignard de Ravaillac avait glissé, si Nelson avait perdu Trafalgar, si Grouchy était arrivé avant Blücher à Waterloo, si la bombe d’Orsini avait tué Napoléon III, ou  celle du  20 juillet 1944 Adolf Hitler ? » Citant un ouvrage de Eric Henriet 6, il remarque que ces thèmes, choisis parmi tant d’autres, ont tous été traités  dans Les Annales des lettres françaises entre juillet 1956 et août  1957, respectivement par Jérôme Carcopino, le R.P.Riquet, le duc de Lévis Mirepoix, Fleuriot de Langle, René Floriot,  Adrien Dansette  et Jean Mistler. « En réalité, dit-il, l’exercice n’est intéressant, au-delà du piquant du jeu, que parce que soustraire ainsi un fait de la trame des événements, c’est réfléchir aux mouvements lents qui auraient, de toute façon, continué d’être au travail. »

S’agissant de la Commune de Paris, qui peut affirmer, en effet,  que l’issue eut été différente, en négligeant l’essentiel, c’est-à-dire les « forces profondes », les conditions générales de l’époque, les rapports de force à l’échelle du pays, l’occupation d’une grande partie du territoire par les troupes prussiennes ?

 

5 -Jean Noël Jeanneney  L’histoire va-t-elle plus vite ? Gallimard 2001.

6 -Eric Henriet, L’histoire revisitée ; panorama de l’uchronie sous toutes ses formes, Amiens Encrage, 1999.

                                                   

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE - dans La Commune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal