Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 09:19

     Parmi les mesures annoncées par E.MACRON dans la déclaration dont l’incendie de Notre -Dame  a bloqué l’émission ( mais qui a largement « fuité » dans les médias au long de la semaine ) figurent,  paraît-il la « suppression de l’Ecole nationale d’Administration » et plus largement la « réforme de l’Etat ».

      A cette occasion et sur ce sujet, on assiste à l’habituel « n’importe quoi » témoignant que certains de nos dirigeants (même quand ils sont eux-mêmes issus de l’ENA, de Polytechnique,  Normale Sup ou HEC), sans parler des journalistes et de quelques autres personnages habitués à occuper les stations de télévision et les chaînes de radios ( même quand ils semblent avoir une certaine connaissance des questions actuelles de la science administrative et des pratiques de l’administration ) ne semblent pas connaître grand-chose à l’histoire de la Fonction publique ou croient pouvoir s’en affranchir.

    On  ne sait pas si le Président de la République maintiendra dans sa conférence de presse du jeudi 25 avril le  projet de suppression de l’ENA qui lui est prêté. Mais les stations de télévision ont passé en boucle les déclarations qu’il faisait dans sa campagne pour justifier son maintien. Il affirmait  que sa création  avait mis fin au népotisme et au copinage dont il prétendait qu’ils présidaient alors au recrutement et à la gestion des hauts fonctionnaires et il ignorait superbement les innombrables péripéties, débats et prétendues réformes qui jalonnaient déjà l’histoire de cette institution.  Or ces propos étaient un de ces raccourcis trompeurs et méprisants  dont il a le secret.

     Quant aux « réformes administratives», qui doivent être le lot permanent de l’administration et à la « réforme de l’Etat » souvent évoquée par ses prédécesseurs proches ou lointains, elles ont toujours été  de véritables tartes à la crème

      Sans renoncer  au droit de critique et d’expression dont dispose chaque citoyen à l’égard de ceux qui à des titres divers ont la charge de l’intérêt général et du sort des agents publics de toutes catégories, je me réserve d’émettre quelques « vérités » sur le terrain de l’Histoire.

     

  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal