Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 07:26

       Recruter des vacataires, auxiliaires, contractuels … baptisés de tous les noms, c’est un des fantasmes  de la haute administration, des petits et des grands « chefs » depuis plus d’un siècle.

       Mon témoignage est celui d’un grand frère …ou d’un arrière-grand- père : en  1944-45, au lendemain de la guerre et avant le statut, après le concours et le stage d’un an  à l’Ecole nationale des Contributions indirectes, rédacteur à la Direction départementale à Pau, j’avais  un auxiliaire et ensuite plusieurs sous mes « ordres ». A l’époque, il y avait même dans cette administration,  un « syndicat des auxiliaires » à côté du syndicat national et on ira jusqu’à créer pour eux  une « petite échelle ».

        Beaucoup plus tard, dans les années 1970, je publierai la première « proposition de loi de titularisation »  d’origine syndicale, reprise par le PCF et le PS et je serai un témoin et un des acteurs des plans de titularisation successifs dans le cadre de la « politique contractuelle » inaugurée après 1968.

       Le sujet restera au cœur de mon activité dans les fonctions de directeur du cabinet du ministre de la Fonction publique en 1981-1983 pour l’élaboration de nouvelles lois, et ensuite dans leur mise en œuvre  comme rapporteur de nombreux décrets de titularisation à la section des Finances du Conseil d’Etat en 1983-1987. L’histoire récente (que tant d’organisations syndicales persistent à négliger) atteste qu’au long des années d’alternance et de cohabition, chaque fois que la droite est revenue, elle s’est empressée d’ouvrir les vannes des non titulaires. Leur nombre n’a jamais été aussi important. C’est une véritable obsession qui s’empare aujourd’hui de Macron et de son équipe dans un « nouveau monde » qui ressemble tristement à l’ancien.

        J’ai écrit des centaines de pages sur tous les aspects de cette question à toutes les époques. Au risque de faire grincer quelques dents ou de faire de l’ombre à certains personnages, il n’est pas inutile de rappeler ces données pour  mettre les pendules à l’heure.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Bonjour,<br /> Retraité des Impôts depuis 10 ans, militant du SNADGI (dès sa création après le SNACI) toujours actif au sein de la CE de ma section des "Finances Publiques", je partage entièrement cette analyse quant aux non titulaires. Nous avons mené des batailles victorieuses pour leur titularusation. Et quand je vais de temps en temps dans un de mes centre des Impôts, je suis assez fier de voir à l'accueil une camarade qui va bientôt partir en retraite avec le grade contrôleur principal, alors qu'elle a débuté au restaurant administratif comme serveuse contractuelle.("agent Berkani"). Nous nous sommes sans doute croisé dans une vie antérieure. Je vois que tu n'as rien perdu de ta pugnacité. Amitiés syndicales
Répondre

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal