Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 09:24

     Le billet du « Relais », bulletin de l’Institut d’histoire sociale CGT-FAPT  n° 75 juin-juillet-août 2017, dont il est annoncé qu’il fêtera bientôt ses vingt années d’existence, s’intitule « Comment traiter l’histoire sociale aujourd’hui ?

    Après avoir rappelé qu’il ne s’agit pas pour  cet Institut d’histoire sociale de se substituer à la fédération,  le billet  pose la question de savoir   comment traiter l’histoire de cette dernière « …alors composée pour l’essentiel d’un personnel fonctionnaire  avec des jeunes qui sont embauchés aujourd’hui dans les conditions du droit privé  pour en tirer des enseignements utiles à tous ? »

     Je n’ai aucun titre à  commenter  les considérations qui suivent cette question ou à me prononcer sur les chances qu’elle pourrait  avoir  - en l’état actuel-  de recevoir les réponses adéquates. Je me suis par ailleurs largement expliqué sur les raisons qui m’ont conduit à tourner une certaine page  avec l’Institut CGT d’Histoire sociale (1).

     Pourtant mes écrits numériques de la dernière période permettent de  comprendra  mon intérêt, en l’occurrence spécialement renforcé par  la grande ancienneté de ma relation avec la Fédération des PTT et même par les liens familiaux qui m’ont uni à des agents considérés pendant des décennies  par une jurisprudence constante du Conseil d’Etat comme appartenant à une administration d’Etat gérée par un ministère et relevant à ce titre du statut général des fonctionnaires.

    Mon  propos ne s’applique  pas - sans pour autant en négliger l’importance et la portée -aux  questions catégorielles et spécifiques propres aux personnels des PTT ou à ceux d’autres ministères et administrations, mais aux questions générales communes à l’ensemble des fonctionnaires de toutes catégories traitées de tous temps dans une certaine coordination entre l’UGFF et les autres fédérations générales face au ministère de la fonction publique et au Conseil supérieur de la fonction publique au sein duquel des représentants des fédérations postales ont toujours siégé.

    Nous sommes au cœur de ma démarche.

1- « L’unité d’un parcours citoyen et militant de plus de trois quarts de siècle ».

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal