Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 07:24

Voici maintenant la conclusion provisoire de la troisième édition de « L’unité d’un parcours militant de plus de trois quarts de siècle », brochure numérique insérée sur Calameo dont la cinquième et dernière partie s’applique à la période de trente années écoulées depuis la cessation de mes fonctions de Conseiller d’Etat en service extraordinaire en novembre 1987. Cette cinquième partie est ainsi subdivisée :

1. Des expériences éphémères ;

2. La Commune de Paris ;

3. La fonction publique, les services publics ;

4. L’Institut CGT d’histoire sociale. Le blog et les publications numériques.

En annexe (pages 101-106) figure une présentation de la bibliographie générale des ouvrages et études. La brochure se termine sur un texte qui est l’équivalent de la quatrième page de couverture d’une « édition-papier ».

On peut certes s’interroger sur un certain isolement de l’auteur. Mais indépendamment des éléments éventuellement liés à sa personnalité, la recherche et l’analyse des données générales relèvent d’une démarche qui doit maintenant se poursuivre. D’ores et déjà il apparaît que l’ancien ministre du tandem politico-syndicalo-médiatique précédemment évoqué a compris plus vite que le dirigeant syndical (qui reste dans le déni), l’opportunité d’injecter des éléments d’histoire dans le discours, sans pour autant aller jusqu’à citer ses sources et respecter ses auteurs.

« Mon appartenance au Mouvement ouvrier couvre largement toute ma vie. Quelle que soit aujourd’hui mon analyse de l’avenir c’est une réalité qui aura imprégné mon existence.

Des milliers de pages ont été consacrées à l’histoire du XXe siècle et aux événements des premières années du XXIe. Tout en portant un regard très critique je ne renie pas les grands combats pour la défense des intérêts des travailleurs, les libertés, la démocratie, la paix, contre les guerres coloniales pour l’émancipation des peuples, dans lesquels le mouvement ouvrier français a tenu une grande place. J’ai signé d’assez nombreux appels ou déclarations de personnalités sur divers sujets.

En revanche, je n’ai été directement impliqué dans aucune de ces « promotions » inhérentes aux rapports entre le Parti communiste et la CGT, souvent à la suite de cooptations fondées sur des considérations personnelles, sur des liens avec des responsables nationaux, ou sur l’appartenance à ce qu’on appelait les gros bataillons de la « classe ouvrière ».

Pendant des décennies, je me suis principalement consacré au syndicalisme dont l’indépendance doit être la première des qualités. Le fait d’être un fonctionnaire de « sensibilité communiste » m’a surtout attiré d’être la cible de graves attaques au sein même de la CGT à une époque dont l’étude devrait être menée avec courage, détermination, et sans tabou. Dans l’exercice de mes fonctions successives, j’ai heureusement rencontré quelques personnalités de très grande qualité.

Si on considère les quarante-six années de ma « vie active » de 1941 à 1987, elles se décomposent en environ dix-neuf années de services effectifs dans l’administration académique et dans celle des impôts (1941-1958 et 1978-1981), vingt années de responsabilités successives dans le mouvement syndical (1958-1978) avec une « mise à la disposition » qui a quelques différences notables avec la situation du « permanent » et à laquelle j’ai mis un terme à l’âge de 55 ans, près de sept ans comme directeur de cabinet du ministre de la fonction publique puis conseiller d’Etat en service extraordinaire (1981-1987). Il apparaît donc que la durée de mes fonctions professionnelles au sein de l’appareil d’Etat équilibre nettement celle de mes fonctions syndicales.

Les longues années de ma retraite active m’ont réservé quelques satisfactions personnelles et aussi beaucoup d’amères déceptions dont je prends acte.

C’est en réalité l’expression achevée de ma personnalité, de mes convictions, de l’unité et de la fidélité d’un parcours militant et citoyen de plus de trois quarts de siècle ».

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques