Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 07:04

Dans Le Monde diplomatique de juillet 2016 qui vient de paraître, un long article de Serge Halimi et Pierre Rimbert intitulé « Information sous contrôle » présente une remarquable analyse de la « virulente campagne antisyndicale » de ces derniers mois.

Cet article s’ouvre ainsi : « Avant que l’indignation générale ne le contraigne à reculer, le gouvernement de M. Manuel Valls a tenté d’interdire une manifestation syndicale en France - du jamais vu depuis des décennies. Cette dérive autoritaire doit beaucoup au climat de guerre sociale qu’entretiennent les principaux médias du pays. Subissant la férule de ses propriétaires, la presse renonce au rôle de défenseur des libertés politiques ».

A l’aide de citations qui méritent le détour, les auteurs notent : « Ainsi intégré, simplifié, clarifié, le parti de l’ordre réunit les deux ailes, droite et gauche, d’un même oiseau de proie », avant de décrire les « caprices et coups de force des actionnaires » (1)

Dans leur conclusion, ils affirment que le journalisme encourage « d’autant plus volontiers » la « dérive autoritaire du pouvoir » « que se resserre autour de son cou le cercle de fer des industriels qui le possèdent ».

Quand on n’a pas le nez sur le guidon, c’est-à-dire quand on a étudié l’histoire du syndicalisme français, analysé les puissantes campagnes du mouvement syndical des fonctionnaires à différentes époques, et personnellement vécu, dans l’exercice de diverses responsabilités, les multiples facettes de réalités qui ont marqué les rapports sociaux dont toujours les mêmes tentent de faire croire qu’ils ne seraient pas des rapports et des antagonismes de « classe », on ne peut qu’être intéressé par la fermeté et la clairvoyance d’une telle prestation émanant de deux journalistes, l’un président et l’autre membre du directoire du journal.

1- Sont cités Franz-Olivier Giesberg, Nathalie Saint-Cricq, Jean-Michel Aphatie, David Pujadas, Christophe Barbier, Nicolas Demorand, Apolline de Malherbe, Jean-Pierre Elkabach…

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal