Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 07:16

La fonction publique et les fonctionnaires n’ont décidément pas de chance. Dans une période fertile en palinodies, chausse-trappes et coups bas, il n’est pas de sujet plus malmené, éludé ou salopé.

En apprenant, par un titre du « Monde », qu’un des candidats à la primaire de la droite « prend le parti des fonctionnaires », on tombe de la chaise. En effet, comme le dit, paraît-il ce personnage, la droite - dont il est un des responsables - « n’a jamais su parler aux fonctionnaires et les a souvent pris pour des pestiférés, alors qu’elle aurait du les valoriser ». On pourrait se demander où il veut en venir.

Certes, les « favoris » de cette élection rivalisent (« Le Monde » dixit) dans « un concours de la mesure la plus radicale concernant la fonction publique » : de Fillon qui supprime 600.000 emplois de fonctionnaires en cinq ans à Sarkozy qui se contente de 300.000 et son rival Juppé de 250.000, battus au poteau par le trop « intelligent » Le Maire qui en supprime carrément un million en dix ans et abroge le statut de la fonction publique territoriale. Et le journaliste ne mentionne pas les atteintes prévues au régime des carrières et rémunérations, à celui des retraites et autres garanties fondamentales.

Ceux qui connaissent quelque peu l’histoire de la fonction publique et l’histoire conjointe de son syndicalisme savent à quel point, au long de tout le XXe siècle, les formations et les politiciens de cette famille politique se sont opposés aux conceptions démocratiques et sociales de l’Etat et de la fonction publique et de leur relation avec les fonctionnaires « serviteurs de la nation » et n’ont pris de mesures concrètes que lorsqu’ils y étaient contraints par l’action syndicale.

Il faut croire que lorsqu’on exerce des responsabilités dans cette mouvance on est marqué à vie. Ainsi, même ce démagogue au petit pied qui pense surtout à sa carrière en se répandant sur les plateaux de télévision avec toutes les complaisances classiques est amené à présenter des « propositions » qui ne sont que des variantes de la politique de ses patrons et soi-disant concurrents dont il espère sans doute être un jour un ministre. La fonction publique et les fonctionnaires n’ont rien à attendre de cette agitation à la petite semaine.

On retiendra avant tout que cette manigance dérisoire est un aveu - qui valide mes plus récentes réflexions dans ce blog - des dangers dont on aimerait qu’ils soient analysés et combattus avec une efficacité dont on ne semble pas prendre le chemin dans le monde politique (1)

1- Ceux qui ont le souci d’une saine conception de l’Etat et des institutions peuvent dormir tranquilles : dans la foulée, on apprend la réinvestiture de Patrick Balkany.

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal