Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 07:18

Me référant à une expérience multiforme de plusieurs décennies, j’ai longtemps pensé qu’il aurait été intéressant - sans méconnaître les travaux des services de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique, d’organismes de recherche et de spécialistes de diverses disciplines - de constituer un think tank indépendant et progressiste chargé d’étudier les questions relatives à l’Etat, l’administration, la fonction publique et à leur histoire.

Cette suggestion n’a pas abouti pour au moins deux sortes de raisons : les personnalités ou organismes qui auraient pu être concernés avaient d’autres préoccupations et d’autres objectifs, et j’étais personnellement très engagé dans des recherches contraignantes portant notamment sur la Commune de Paris et tout particulièrement sur le « Guide des sources du mouvement communaliste et de la Commune » publié à la Documentation française en 2007.

La constitution d’un tel organisme son fonctionnement, l’élaboration de son programme et la réalisation de ses recherches étaient de toute façon soumis à des conditions et à des contraintes que l’on ne pouvait sous-estimer. L’expérience de « l’équipe scientifique » que j’avais constituée pour le guide de la Commune (dont je raconterai les obstacles édifiants qu’elle a rencontrés) m’en apportait l’illustration.

Ses objectifs et ses méthodes se seraient situés sur un terrain différent, le cas échéant complémentaire de celui des instituts d’histoire sociale et autres organismes constitués dans la mouvance des organisations syndicales, et a fortiori de celui de ces dernières, dont la principale mission est de défendre les intérêts des personnels qu’elles regroupent et représentent.

A d’autres temps, d’autres approches. Nous ne sommes pas à l’époque où la Fédération générale des fonctionnaires jouait un rôle dans la victoire électorale du « Cartel des gauches » en 1924, ni à l’époque de la Libération où le mouvement syndical était aux avant-postes de la nouvelle fonction publique du siècle, ni même en juin 1981 dont j’ai récemment rappelé des aspects méconnus dans un témoignage de première main.

Une équipe réunissant des compétences multidisciplinaires (juridiques, économiques, sociologiques, historiques) aurait disposé d’une documentation composée de rapports administratifs, d’études, d’un fonds d’archives et de matériaux classiques de la recherche d’une exceptionnelle richesse, sans parler des moyens modernes d’expression numérique (1). Il n’est pas interdit de penser que l’existence de cet organisme aurait pu être d’une grande utilité au long des dernières années, et dans le contexte si particulier de cette année 2016.

La gestion des problèmes généraux actuels de la fonction publique par les services de la Direction générale, les relations entre les pouvoirs publics et les organisations représentatives du mouvement syndical des fonctionnaires, et plus largement les réflexions et les travaux sur l’avenir de la fonction publique française suivent leur cours.

Mes interventions spécifiques sur le terrain de l’histoire sont entrées pour un temps qui est pratiquement arrivé à son terme, dans des limites sur lesquelles je me suis expliqué sans la moindre ambiguïté. On permettra néanmoins à l’ancien témoin et acteur, et à l’auteur, de penser et de dire que parmi les responsables politiques, administratifs ou syndicaux, ceux qui possèdent une bonne connaissance de l’histoire et ceux qui ne croient pas qu’elle a commencé avec eux disposent, à compétence égale, d’un atout majeur en raison de l’incontestable corrélation qui existe entre le passé le présent et l’avenir.

C’est une réalité qui devrait s’imposer plus largement dans l’imbroglio politique et social d’aujourd’hui.

1-Bernard Pêcheur président de la section de l’Administration du Conseil d’Etat a présenté un Rapport sur l’avenir de la Fonction publique. Ce rapport de 241 pages (que Bernard Pêcheur m’a aimablement communiqué) comporte de longs développements assortis de statistiques constituant en fait une analyse de la politique de la fonction publique des trente dernières années.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal