Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 16:05

Dans un ouvrage récent commenté en son temps dans ce blog, il est écrit que les orientations actuelles de l’UGFF- CGT, présentée comme ayant longtemps figuré dans le camp des « allergiques à l’encre » seraient une « révolution de la négociation »

Ceux qui ne sont pas « allergiques à l’histoire » savent que les gouvernements successifs ont refusé la négociation pendant des décennies largement au-delà de la première moitié du XXe siècle. Une bonne connaissance des conditions de l’apparition de la « politique contractuelle » dans la vie économique et sociale après le grand mouvement de mai 1968, de son contenu et de ses évolutions ultérieures éviterait bien des approximations et quelques bévues.

Les responsables du mouvement syndical CGT des fonctionnaires au sens large du terme ( fonctionnaires, agents communaux, postiers…) comme l’ensemble des fédérations du secteur public et nationalisé dont la centrale coordonnait l’action, n’ont pas confondu deux notions fondamentalement distinctes : la « négociation » et la « signature ».

Dans le système de « politique contractuelle », les gouvernants se sont toujours donné pour objectif d’obtenir une « signature » cautionnant des mesures que de toute façon ils appliquaient unilatéralement en cas d’échec.

Dans mes multiples analyses de la « politique contractuelle » et du « dialogue social » que j’ai largement pratiqués en faisant « le tour de la table », je crois avoir révélé » quelques « vérités » inédites. Ceux qui se donneront la peine de les consulter ne seront pas surpris de constater à propos des négociations salariales annoncées pour ce mois de février 2016, que pour l’essentiel, les résultats en sont connus avant même qu’elles ne soient ouvertes. Au soir de la journée du 26 janvier 2016, dont les pourcentages de grévistes et le nombre des manifestants se situent en dehors de mon commentaire, la ministre a annoncé la couleur sur le point d’indice…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal