Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 07:43

- Une question qu’on ne se pose pas et qui n’aura pas de réponse : Supprimer « l’emploi à vie » dans la fonction publique, concept né du chômage de masse et ardemment diffusé par des nantis qui ne risquent rien et se répètent en boucle, cela diminue de combien le nombre des chômeurs ?

- Une autre question : si au lieu de recruter des fonctionnaires par concours en leur donnant ensuite une formation adéquate, on recrute des contractuels sur titres ou des vacataires sans qualification, cela fait quelle économie pour le budget de l’Etat ou de la collectivité concernée (dans l’immédiat et même à long terme) ?

- Il y a un demi-siècle certains « experts » ont longtemps disserté sur une « gestion prévisionnelle des effectifs » dans la fonction publique. Elle est, en effet, consubstantielle du « système de carrière ». Son échec- qui aurait pu être évité et reste une exigence pour les temps qui viennent- est une donnée de l’histoire. Si elle était largement connue, ce qui n’est manifestement pas le cas, Sarkozy aurait plus de mal à faire avaler sa proposition de généraliser un « contrat de cinq ans », qui est une de ses manières de liquider le statut des fonctionnaires.

- Il y a trop de fonctionnaires, mais pas assez d’enseignants, de policiers, d’infirmières … (avez-vous remarqué qu’on oublie le plus souvent dans cette énumération les agents des finances qui pourraient poursuivre l’évasion fiscale mais dont les effectifs sont en constante diminution ?) Même question pour les magistrats et les militaires qui relèvent d’autres statuts. Alors où manie-t-on la « hache » ou la « guillotine », du nom des comités qui se succédaient dans la période de l’entre-deux-guerres ?

- Encore une question dans cette série : Que diraient certaines vedettes de la télévision et les journalistes de moindre importance qui en prennent à leur aise avec le statut des fonctionnaires (qui est une garantie fondamentale d’indépendance) si on adoptait la même attitude qu’eux en s’en prenant au statut des journalistes sous prétexte qu’il est fondé sur des lois anciennes de 1881, 1936 ou 1974 et quelques décrets relevant du Code du travail ?

A suivre…

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Marianne 12/10/2015 12:38

Excellentes questions et surtout excellentes réponses

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal