Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 08:42

Personne n’interdit aux politologues ou historiens - qui d’ailleurs ne s’en privent pas - de s’employer à faire prévaloir leurs avis et interprétations sur les sujets les plus divers. Mais le respect des faits - qui dans la fonction publique dont il est question ici se traduisent en général dans des textes législatifs et réglementaires - s’impose à tous.

Sur les réformes adoptées par le gouvernement de Pierre Mauroy en 1981-1984 à l’initiative et sous l’impulsion d’Anicet Le Pors ministre de la fonction publique et des réformes administratives après une large concertation avec les organisations syndicales de fonctionnaires, le point de vue des acteurs est essentiel. La question d’une analyse des orientations et des positions adoptées par les organisations syndicales reste posée. C’est un des éléments de l’histoire sociale de la période. Dans ce contexte, on me permettra d’intervenir avec une certaine légitimité sans s’interdire pour autant de vérifier le bien fondé de mes analyses et témoignages (qui ont été pour une large part publiées dans des organes de la CGT et de l’IHS avant de l’être en séries numériques) et d’engager s’il y a lieu une discussion.

Partant de là, je conteste la présentation de l’une de ces réformes qui est faite dans un des chapitres du deuxième article relatif au « dialogue social » précédemment cité. J’aurais pu adopter la même position que sur les brèves mentions relatives à la fonction publique en considérant que ces quelques lignes seraient passées inaperçues auprès d’un public restreint dans lequel les lecteurs s’intéressant à l’histoire de la fonction publique ne sont guère nombreux.

En réalité, la contestation est, en l’occurrence, une question de principe et on n’en restera pas là. On verra, en effet, comment un tel texte s’inscrit dans une série de prestations qui sont des manifestations perverses de la manière dont on laisse s’enliser l’histoire de la fonction publique, et des approches d’expression dans lesquelles on la laisse s’engager.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal