Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:43

Le syndicalisme enseignant, celui des PTT, des Finances, de l’Equipement ou d’autres ministères ou administrations ont des aspects spécifiques constitutifs de leur identité et de leur histoire qui revêtent un intérêt non seulement pour les personnels actifs ou retraités de ces secteurs, mais pour l’ensemble des fonctionnaires et largement au-delà. L’histoire du syndicalisme enseignant et celle des fédérations des PT ont fait l’objet d’un grand nombre d’études. Elles sont régulièrement traitées par des publications spécialisées.

Mais il convient de présenter deux ordres de considérations :

 

                                                                            I

Les personnels de l’Education nationale, des PTT et des Finances ont représenté ensemble plus des trois quarts des effectifs des fonctionnaires de l’Etat, dont les problèmes généraux (statut général, rémunérations, grille indiciaire, classements catégoriels généraux…) ont été traités, depuis les réformes de la Libération, par un ministère ou un secrétariat d’Etat chargé de la Fonction publique et des réformes administratives, délégué auprès du Premier ministre et directement soumis à une tutelle du ministère des Finances.

Les organisations syndicales (syndicats nationaux ou fédérations affiliées aux centrales CGT, CFDT, FO…) regroupant ces personnels sont impliquées dans un ensemble de relations au sein d’un « syndicalisme général des fonctionnaires » constitué par des fédérations générales ou unions de fédérations représentatives compétentes sur les problèmes généraux communs à des millions d’agents publics.

Les fédérations des PTT - non affiliées à ces fédérations générales - ont toujours été associées à leur action et directement représentées dans leurs relations avec l’Etat.

La FEN (puis la FSU) sont à la fois des fédérations de personnels enseignants et des fédérations générales de fonctionnaires, et même, à certains égards, des centrales syndicales.

Or à la lecture des nombreux textes et publications concernant l’histoire du syndicalisme du monde enseignant, des PTT et d’autres administrations ou services, on est souvent conduit à s’interroger sur la place qu’ils occupaient dans le monde des fonctionnaires dont ils faisaient partie. Chacun est à même de vérifier le bien fondé de cette observation critique, qui n’a d’ailleurs rien de nouveau, et de réfléchir aux suites qu’elle pourrait comporter.

 

                                                                          II

Tel auteur spécialiste du syndicalisme exerçant des responsabilités sur le terrain de l’histoire sociale - conscient du fait que l’histoire de la fonction publique et de son mouvement syndical est une partie clairement identifiée de l’histoire politique, économique et sociale - insère systématiquement dans ses textes (articles, études, conférences) des éléments limités et partiels de cette histoire. Ces éléments sont sommaires et frappés d’approximations et d’erreurs qu’il serait légitime de relever et de rectifier. Ils n’apportent guère aux textes dans lesquels ils sont insérés l’équilibre apparemment recherché.

En réalité, on peut craindre que cette pratique ait pour effet de contrecarrer une véritable connaissance des réalités historiques, des particularités et des contributions originales de la fonction publique au mouvement social pour la longue période des origines aux lendemains de mai 1968 qui ont fait l’objet de travaux d’ailleurs systématiquement absents des nombreuses notes de références qui accompagnent ces prestations.

Elle peut avoir de surcroît pour effet d’entériner les carences qui affectent le rapport du mouvement syndical CGT des fonctionnaires à son histoire au moment où il importe que s’engagent de nouvelles recherches pour les dernières décennies du XXe siècle.

En formulant ces critiques, je prends, comme toujours mes responsabilités. Sur le sort qui leur sera réservé, je crois avoir de bonnes raisons de rester sceptique pour des raisons qui relèvent d’autres disciplines que le droit ou l’histoire.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal