Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 08:52

                                     Un point d’histoire

Dans la période précédant l’accession de la gauche au pouvoir en 1981, le texte du statut général des fonctionnaires avait subi peu de modifications. A la suite d’un certain nombre d’initiatives du mouvement syndical CGT et de recherches menées par ailleurs, on disposait d’un ensemble substantiel d’analyses et propositions fondées non seulement sur une bonne connaissance du régime de la fonction publique, mais aussi sur une maîtrise des données essentielles de son élaboration en 1946, de sa réforme des débuts de la Ve République et de ses évolutions ultérieures. La commémoration en octobre 1976 du 30e anniversaire du statut sous la présidence de Georges Séguy à l’initiative de l’UGFF et des fédérations des PTT et des services publics et la participation de Jacques Pruja, Alain Le Léap, Pierre Meunier (1) accompagnée d’une large diffusion du rapport et des autres interventions marquait solennellement les positions du mouvement syndical.

J’ai exposé ici la portée que devait revêtir cet acquis après l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, la constitution du gouvernement de Pierre Mauroy et l’attribution à l’un des quatre ministres communistes du portefeuille de la Fonction publique.

 

(1) Trois personnalités marquantes de l’adoption du statut en 1946 - sans oublier le ministre Maurice Thorez et le rapporteur Yves Fagon, l’un communiste l’autre MRP - auxquelles ce blog a rendu hommage. La fonction publique est une création continue.

                               Une exigence d’aujourd’hui

Les responsables politiques, administratifs et syndicaux qui auront la charge de l’avenir de la fonction publique du XXIe siècle devraient avoir une connaissance approfondie des mêmes données. Ils devraient se livrer à une analyse exhaustive et sans complaisance des modifications apportées à la version 1981-1984-1986 au cours des trois décennies suivantes. En principe, nul ne devrait pouvoir se permettre de mépriser les tenants et aboutissants des fondements de la fonction publique et de son histoire.

Ces exigences s’imposent avec une force particulière si on veut réellement faire échec à une hypothèse que la situation politique actuelle et les perspectives annoncées pour les échéances de 2017 ne permettent pas d’exclure mais qu’il faut combattre: l’achèvement autoritaire de la réduction systématique du champ du statut général des fonctionnaires par la consécration de la « mise en extinction » déjà évoquée ici et la mise en œuvre d’un autre régime de fonction publique dans le cadre d’une régression générale des services publics.

 

                                         Où en est-on ?

La vie politique est structurée et dominée par une caractéristique dont beaucoup de commentateurs s’emploient à camoufler l’essentiel sous prétexte que le peuple français serait friand d’une « monarchie républicaine » : L’élection par défaut au suffrage universel à deux tours d’un président de la République tournant le dos à son programme électoral pour faire une autre politique vouée à l’échec avec pendant cinq ans une Assemblée nationale impuissante élue dans la foulée grâce à l’inversion du calendrier. C’est ainsi que les choses se passent avec Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Dans « L’Humanité » du 4 décembre un article relatif aux élections professionnelles des fonctions publiques se plaçait « …dans un contexte où la droite a une forte probabilité de gagner la présidentielle de 2017… » et donnait la parole à un directeur de recherche au CNRS et au Cevipof selon qui « Avec la droite, on aura une remise en cause du modèle de service public et de la fonction publique (ce qui est exact) suivi de cette affirmation défaitiste : « Pour les fonctionnaires, nous sommes en train de vivre les deux dernières années de l’ancien système, en se dirigeant vers un modèle libéral de forte privatisation du service public appuyé toujours par les mêmes arguments : il faut réduire les coûts, on va privatiser etc… »

Autrement dit « Les carottes sont cuites » ? Qu’en pensent ceux qui nous prédisaient « un XXIe siècle âge d’or des services publics » ? Où en sont sur ces questions essentielles, les fédérations et unions générales de fonctionnaires ?

L’Histoire ne se répète pas, mais elle est riche d’enseignements qu’il est coupable d’ignorer, et elle pourrait se mettre à bégayer.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal