Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 09:51

Il m’est arrivé de citer une réflexion de Jean-François Revel, écrivain et journaliste décédé en 2006, dont je ne partageais pas les idées politiques, mais dont personne ne peut nier l’autorité et la très grande expérience, animées d’un humour caustique :

« Quand on veut deviner aujourd’hui en France quels auteurs précédents ont le plus nourri un nouveau livre, il n’est que de regarder la bibliographie ; ce sont ceux qui n’y figurent pas. Outre les plagiaires stricto sensu, qui ont prospéré au grand jour sans endurer de discrédit durable, on a vu proliférer dernièrement les pique-assiettes et les voleurs à la tire, servis par l’amnésie des médias. »1.

Une telle réflexion ne pouvait émaner que d’un auteur reconnu dont les œuvres pouvaient susciter un certain pillage.

Il est d’autres observations que le commun des mortels peut faire au fil de ses lectures et des sentiments divers et contradictoires qu’elles inspirent. Ainsi certains auteurs accompagnent leurs publications d’une impressionnante quantité de Notes dont une analyse quelque peu critique ne manquerait pas d’être révélatrice. D’autres sont pratiquement muets sur leurs sources. D’autres encore oublient de citer les auteurs qui les gênent pour des raisons généralement inavouables ou illustrent leurs commentaires par des formules plus ou moins symboliques dont ils s’attribuent indûment la paternité. Quant aux diverses formes de « l’info - spectacle », elles prennent de telles proportions que plusieurs ouvrages récents de chercheurs leur sont consacrées sous des titres évocateurs de « La cérémonie cannibale » au « storytelling » et au « formatage » des esprits.

Les questions qui nous intéressent ici y sont sévèrement malmenées quand elles ne sont pas simplement ignorées.

1- Jean François Revel, Mémoires, Le voleur dans la maison vide, Plon 1990(Page 687).

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 06/08/2014 08:42

Il est rigoureusement impossible de citer toutes ses références personnelles ... Quand "une idée s'est emparée des masses", pour reprendre une formule que je plagie donc sans aucune vergogne, faut-il toujours citer celui (ici Karl Marx) qui en a fait état le premier (chose qui reste à prouver!)? Je crois qu'on n'en finirait pas si on devait agir ainsi.
Aussi, le plus sage est-il, non pas de citer la source pour un oui ou pour un non mais de veiller à ce que l'auteur "en second" (ou en troisième voire en quatrième ...) ne s'attribue pas une idée qu'il n'a absolument pas élaborée lui-même ...
Pour ma très modeste part, producteur d'idées dont certaines - ne serait-ce que d'un strict point de vue statistique - sont forcément farfelues, je ne vois AUCUN inconvénient à ce que mes idées (si tant est que ce soit les miennes!) soient généreusement pillées par des plagiaires ... De la sorte, elles finiront peut-être par "s'emparer des masses" ...

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal