Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:09

L’actualité politique et sociale de ce mois de juin a été marquée par un grand nombre de commentaires, analyses, débats et confrontations d’une acuité particulière à l’occasion de la grève des cheminots et de celle des intermittents du spectacle. On a assisté à un retour en force de certaines affirmations relevant de ce qu’il est convenu d’appeler les « idées reçues » 1.

Un propos a émergé, celui des vertus de la « négociation », des positions présentées comme systématiquement contestataires des organisations de la CGT, de leurs divergences avec d’autres organisations, du « sommet » débordé par la « base » etc…

Sur le terrain de la « négociation » et du « dialogue social » (le premier terme étant très ancien, le second beaucoup plus récent) les travaux relatifs à l’Histoire du syndicalisme des fonctionnaires et agents publics apportent, en prenant avec les débats contemporains les distances qui conviennent, un éclairage appréciable.

Ils montrent par exemple que Georges Pompidou Premier ministre refusait toute négociation avec les fédérations de fonctionnaires en affirmant que « L’Etat ne négocie pas avec lui-même » et qu’il a fallu le mouvement de mai 1968 pour la lui imposer, pour la première fois dans l’Histoire de la Fonction publique - sous des formes et dans des limites qu’il faut apprécier à leur juste valeur - alors que les délégations confédérales aboutissaient au « constat de Grenelle ». Ils permettent de découvrir les prémices de la naissance de la « politique contractuelle » dans la fonction publique et dans le secteur public et son évolution au long des décennies suivantes. Ils permettent aussi de vérifier que cette dernière était - quoi qu’on puisse en penser par ailleurs - une novation dans l’histoire de la politique salariale de l’Etat dans une période d’inflation aux caractéristiques économiques profondément différentes de celles que notre pays, l’Europe et le monde connaissent aujourd’hui.

En remontant beaucoup plus loin dans le passé, on découvre comment les pionniers du syndicalisme traitaient une presse qui était loin d’avoir l’audience des médias d’aujourd’hui (la télévision n’existait pas et les postes de TSF étaient peu nombreux). Pendant une bonne partie de l’entre-deux-guerres, « La Tribune des fonctionnaires », qui avait joué un rôle important dans la victoire du « Cartel des gauches » en 1924, était un hebdomadaire tirant à 300.000 exemplaires. Sa collection reste aujourd’hui une source incomparable d’information sur le syndicalisme de l’époque. La Fédération générale dont elle était l’organe occupait une place originale sur le terrain social et politique sous la IIIe République (un aspect du sujet « Syndicalisme et politique » précédemment évoqué).

1- Dans la rubrique « Débats et controverses » de « L’Humanité » du jeudi 26 juin 2014, on peut lire sous le titre « Pourquoi les médias sont-ils unanimes contre les mouvements sociaux » le point de vue de trois spécialistes :

-Henri Maler, fondateur de l’association Acrimed ;

-Patrick Kamenka , Représentant de la Fédération européenne des journalistes ;

-Véronique Marchand, journaliste, secrétaire générale du SNI-CGT France Télévisions

Partager cet article

Repost 0
Ecrit par René Bidouze René BIDOUZE
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 10/07/2014 09:55

Casser des idées reçues? Excellente initiative! Laissez moi juste vous dire que vous avez du pain sur la planche ... Et pas un seul pain mais de très nombreuses fournées! Je crois même que la plupart de ces fournées ne sont pas encore cuites tellement la "machine" est prompte à produire, en continu, des idées reçues ... qui sont autant de viols des consciences!

Présentation

  • : Le blog de René BIDOUZE
  • Le blog de René BIDOUZE
  • : Des articles et des points de vue sur la Fonction Publique, le syndicalisme et la Commune de Paris
  • Contact

Auteur

  • René BIDOUZE
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire,  auteur d'ouvrages.
  • En un demi-siècle, j’ai fait le « tour de la table » de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur du cabinet du ministre, conseiller d’Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

Eléments biographiques

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal