Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 08:34

Le moment est enfin venu, pour ceux - chercheurs individuels ou organismes ayant vocation à traiter l’Histoire sociale - d’engager ou d’approfondir l’étude de l’histoire du syndicalisme des années qui ont suivi le grand mouvement de mai 1968 et de celles qui ont suivi l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République en 1981. Tel est le cas de l’Institut CGT d’Histoire sociale qui réunit son assemblée générale le 29 avril 2014.

Le développement de ces études, qui sont les bienvenues, bénéficiera, dans des mesures diverses selon les parties étudiées, des travaux qui les ont précédées.

Pour ma part, j’ai régulièrement évoqué dans ce blog les écrits que j’ai consacrés à l’histoire du mouvement syndical des fonctionnaires

-d’une part dans sa relation avec l’Etat central et les collectivités publiques compétentes sur ce qu’il est convenu de désigner sous l’expression « problèmes généraux de la fonction publique » ;

- d’autre part dans sa relation avec les confédérations auxquelles il se rattache sur le terrain de ses structures, de ses orientations et de son action.

J’ai non moins régulièrement insisté sur le fait que cette démarche implique la relation interne entre ce mouvement syndical des fonctionnaires et agents publics et ses composantes (fédérations, syndicats nationaux et autres structures), mais ne s’applique pas à leurs activités spécifiques.

Dans ce cadre général, ainsi que je l’ai rappelé ici à plusieurs reprises, l’Histoire du mouvement syndical des fonctionnaires après 1981 reste, pour une bonne part à écrire. Autre observation récurrente : Bien des ouvrages, articles, conférences… traitant l’Histoire des organisations syndicales des Finances, de l’Enseignement, des PTT (qui de la fin du XIXe siècle à celle du XXe ont constamment représenté plus des trois quarts de l’ensemble des fonctionnaires) sont d’une grande richesse sur leurs problèmes et activités spécifiques, mais sont assez loin de faire aux problèmes généraux communs à l’ensemble de la fonction publique la place qui devrait leur revenir.

Enfin, on ne soulignera jamais assez l’importance d’une bonne connaissance parallèle de l’histoire de la fonction publique, et tout spécialement de la « politique salariale de l’Etat » dans la très large acception qui lui a été donnée au cours du dernier demi - siècle

Cette démarche générale de recherche historique est naturellement distincte des travaux, recherches et débats en cours sur l’avenir de la fonction publique.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal