Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:41

Ayant exercé ma principale responsabilité syndicale pendant les dix premières années de la « politique contractuelle » qui prolongeait, au lendemain du grand mouvement de mai 1968 celle des « masses salariales » ouverte par la grève des mineurs en 1963, je me trouvais à un poste d’observation du mouvement syndical des fonctionnaires et de ses rapports avec l’Etat. En participant aux « discussions salariales » et aux réunions du Conseil supérieur de la fonction publique, en lisant attentivement les publications et déclarations des responsables des fédérations générales, j’ai pu observer de très près, dans le cadre d’une modification profonde des rapports de l’Etat avec les fonctionnaires et leurs organisations syndicales, des manifestations de coopération de plusieurs d’entre elles avec le pouvoir politique de droite qui n’existaient pas dans les décennies précédentes. Dans les années 1981, la politique dite « contractuelle » a évolué, ainsi que les rapports des organisations syndicales avec le pouvoir politique passé à gauche. Ayant fait « le tour de la table » sans renier mes convictions, je me trouvais à un nouveau poste d’observation.

Comment peut-on se faire une opinion sur la réalité du « virage » social - démocrate ou social - libéral dont il est question dans les médias, sans une certaine connaissance de l’histoire politique et sociale ? Comme l’aurait dit M. de La Palice, on ne peut prendre un « virage » que sur un chemin ou un parcours. Et si, pour continuer sur le même registre, on veut bien admettre que les rapports entre l’Etat, les collectivités publiques et les millions de fonctionnaires sont un élément de cette histoire, on n’est plus très éloigné de cette question : Et si on se demandait quels sont les rapports entre les concepts et les pratiques de ce qu’on a appelé la « politique contractuelle » inaugurée après 1968 et certaines orientations affichées aujourd’hui par François Hollande ?1.

1- Cette période (dont je persiste à penser qu’elle occupe une place particulière dans l’histoire de la fonction publique, et dans celle du mouvement social) est traitée notamment dans l’Etat et les fonctionnaires (site Calaméo) et dans des ouvrages antérieurs qui n’épuisent pas pour autant le sujet.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Eléments biographiques

   En un demi siècle, j'ai fait "le tour de la table" de la politique de la fonction publique comme syndicaliste, directeur de cabinet du ministre, conseiller d'Etat en service extraordinaire, auteur d'ouvrages.

 

  Né le 2 décembre 1922 à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)

 

-Fonctionnaire

 Receveur divisionnaire des Impôts honoraire

 

-Dirigeant national du mouvement syndical des fonctionnaires (1958-1978)

  Secrétaire du Syndicat national des Contributions indirectes 1958-1963

  Secrétaire général de la Fédération des finances CGT 1963-1970

  Secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF) et

  Membre du conseil supérieur de la fonction publique 1970-1978

  Membre de la commission exécutive de la CGT 1969-1975.

 

  Membre du conseil d’administration de l’Institut CGT d’histoire sociale.

 

-Directeur du cabinet du ministre de la fonction publique et des réformes administratives  (juin 1981-novembre 1983).

 

-Conseiller d’Etat en service extraordinaire (novembre 1983-novembre 1987).

Recherche

Mes ouvrages

Mes publications numériques

Mes vidéos

Catégories

Mon Béarn natal